Marie n’a jamais douté du plan salvifique de Dieu. Elle lui fait une entière confiance et s’abandonne à sa volonté d’amour. D’ailleurs elle dira à l’ange Gabriel : « Je suis l’humble servante du Seigneur, qu’il m’advienne selon ta parole. » (Lc 1, 28). L’article expose la vertu de l’abandon dans l’histoire d’Israël, dans l’histoire personnelle de Marie et de la sainte Famille et nous donne un chemin d’abandon pour vivre cette vertu d’abandon dans nos vies.

La vertu d’abandon dans l’histoire d’Israël
Dans l’histoire d’Israël, Dieu va conclure une alliance avec Noé qui était un homme juste et qui marchait avec Dieu (Gn 6, 9) : « Voici le signe de l’alliance que j’institue entre moi et vous… je mets mon arc dans la nuée et il deviendra un signe d’alliance entre moi et la terre. » (Gn 9, 12-13). Puis ce sera avec Abraham, Père des croyants : « Dieu fera de lui un grand peuple, il le bénira, il magnifiera son nom. » (Gn 12, 3)
En voyant Abraham prêt à lui sacrifier son fils unique, Dieu a aimé la confiance et l’abandon d’Abraham à son Dieu : « Parce que tu as fait cela, que tu ne m’as pas refusé ton fils unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta postérité aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable qui est sur le bord de la mer. » (Gn 21, 16-18) Et Dieu fera alliance avec Abraham : « Voici mon alliance avec toi. Tu deviendras père d’une multitude de nations. » (Gn 17, 4) Et le signe de cette alliance sera la circoncision.
Moïse sera aussi choisi pour conduire le peuple vers la Terre promise. Puis dans cette alliance, le peuple sera conduit par des prophètes : Amos, Jérémie, Ézéchiel… Dieu n’agit pas par la force. Il dispose les âmes qu’il veut à lui. Il leur donne les vertus nécessaires d’acquiescement à sa volonté et parmi celles-ci, il y a l’abandon. Il rend les âmes attentives à ses demandes, inquiètes de sa volonté, et leur liberté qui se livre entièrement à lui est le signe de l’abandon.

L’abandon de Marie au désir du Père
Marie agit dans un abandon total au Seigneur. Elle a dit oui et dans ce ‘Fiat’ d’amour, elle n’a qu’une seule réponse : s’attacher à la volonté d’amour de Jésus. Son ‘Fiat’ embrasse toute l’incarnation avec sa foi rédemptrice. Mais entre-temps, les premières souffrances arrivent avec la pauvreté à Bethléem, le martyre des saints innocents, la fuite en Égypte, le retour à Nazareth, la perte de Jésus au Temple, la séparation d’avec Jésus, les occupations quotidiennes, la souffrance au pied de la Croix et la mise au tombeau.
Durant toute sa vie, Marie est fidèle à Dieu sans regret et sans réticence. Qu’elle se donne à Lui comme enfant au Temple de Jérusalem, qu’elle recherche Jésus à 12 ans, trouvé au milieu des Docteurs du Temple, elle dit toujours ‘Fiat’.
Marie dans son abandon total à la volonté de Dieu, vit la joie de la fidélité même si son cœur saigne parfois des cruautés que l’on fait à son Fils. Elle connaît aussi la paix de l’âme due à la foi et à l’amour qui l’enveloppent.
Marie est cette femme sainte qui s’oublie entièrement pour que la volonté divine soit faite. Cette volonté sollicite sans cesse le don de son cœur dans un acte de charité continu, sans retour sur soi-même. Dieu travaille sans cesse le cœur de Marie, pour qu’il s’immole chaque jour avec celui de son Fils pour le salut des hommes.

La communion intense de la Sainte Famille dans l’abandon
Marie possède le souverain abandon. Comme son Fils s’est abandonné à elle et à Joseph pour devenir un homme, elle s’est abandonnée à Jésus pour devenir plus sainte et plus soumise à sa vocation d’épouse et de mère.
Marie est prête à tout avec Jésus pour le salut des âmes. Elle avait tant reçu qu’elle pouvait tout donner, parce qu’en elle, seuls la sagesse et l’amour conduisaient sa vie.
Bossuet écrit sur l’abandon : « Quand on est bien abandonné à Dieu, on est prêt à tout. On s’oublie, on se perd, et c’est là la plus parfaite pénitence qu’on puisse faire que cet entier oubli de soi-même, car toute la conversion ne consiste qu’à se bien renoncer et s’oublier pour s’occuper de Dieu et se remplir de lui. »

L’abandon de l’homme à Dieu demande une lutte constante
Quelquefois, l’homme croit qu’il s’est complètement abandonné à Dieu, mais ce n’est qu’un point de départ, ce n’est qu’un oui succédé de bien des reprises ou relâchements. Il est difficile de vivre dans la fidélité à notre parole donnée lors de notre baptême ou lors de notre mariage ou du sacerdoce. Mais Dieu attend de nous, comme un écho du ‘Fiat’ virginal, la réponse que Dieu sollicite de chacun de nous pour nous combler de ses grâces. L’abandon est cette vertu qui comble le cœur divin, de la confiance de l’homme, ne craignant aucune manifestation coercitive de Dieu à son égard, puisque Dieu agit avec sagesse, patience et miséricorde pour ses enfants.

Le ‘Fiat’ dans l’histoire du salut
Les Fiat se succèdent dans l’histoire du salut : le Fiat de la création où Dieu fit tout ce qu’il voulait faire ; le Fiat ou l’abandon dans l’Ancien Testament, dans lequel patriarches et prophètes ont toujours accepté la volonté divine.
Le Fiat de Marie à l’Annonciation qui, par amour, porte le désir divin de sauver l’homme, est un consentement par obéissance.
Il y eut le Fiat du Verbe incarné : « Me voici, je viens Seigneur pour faire ta volonté. » (He 10, 9)
Puis il y a l’abandon de tous les Saints qui ne cessent de le montrer à travers leur vie. Il y a l’abandon de toutes les âmes libres qui, soumises à Dieu, veulent faire sa volonté.

Supplions Marie qui défait les nœuds : qu’elle nous aide à être comme Jésus, Marie, Joseph et tous les Saints qui ont su s’abandonner au Seigneur pour trouver en lui la paix de l’amour, la joie profonde de la confiance, la richesse de sa sagesse et toutes ses libertés et miséricordes.

Père François Zannini

Voir aussi, sur notre blog, les vertus de Marie:

Les Vertus de Marie (suite): Marie nous apprend à prier

Les Vertus de Marie (suite). Marie : un Modèle de discrétion

Les Vertus de Marie (suite) : l’espérance

Les Vertus de Marie (suite): Marie m’appelle au silence

Les Vertus de Marie (suite): Marie nous apprend à adorer Jésus

Les Vertus de la Vierge Marie (suite):l’amour, du ‘Fiat’ au Golgotha


Les Vertus de Marie: la pauvreté
Les Vertus de Marie: l’obéissance
Les Vertus de Marie: l’humilité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.