Par amour, Marie a dit oui à Dieu de l’Annonciation et durant toute sa vie, elle n’a cessé d’aimer son Fils comme enfant, comme adolescent, comme artisan avec Joseph et finalement dans sa vie publique pour le suivre avec les saintes femmes et le seconder avec ses Apôtres qu’elle aimait comme une mère.
Marie fut choisie par le Père pour nous donner son Fils, pour se donner avec lui aux hommes et pour leur pardonner la crucifixion de Jésus qui était la volonté du Père pour le salut du monde. Connaître la Vierge Marie, c’est la suivre au cœur de sa vie, toujours en marche vers Dieu dans un regard de foi et d’espérance et dans un amour oblatif constant.

Marie aime Dieu depuis son enfance
Encore enfant, elle se donne à Lui au Temple et se consacre corps et âme. Elle attend le Messie. Sans résistance, quand il l’appelle par l’Archange Gabriel, elle lui dit oui dans un amour fervent qui s’accorde avec l’amour surnaturel. Dieu la veut vierge, elle le restera ; il la veut mère, elle le deviendra ; il la veut capable de s’offrir avec Lui, et son amour fidèle l’obtiendra.
Marie est attirée par Dieu qu’elle connaît par les Saintes Écritures. Elle connaîtra Dieu par son Fils à l’Annonciation. Elle acceptera sa volonté sur elle en adorant l’Amour incarné, en s’agenouillant devant Lui, en l’écoutant sans cesse et en s’immolant avec Lui comme une hostie vivante.

Marie : la révélation de l’amour maternel
Marie aimait tant Jésus sur terre qu’elle voulait le préserver de tout mal et le combler de ses délicatesses et de sa tendresse maternelle. En elle, Jésus trouvait son repos et sa consolation. Marie aurait voulu le préserver de la haine des scribes et des pharisiens, mais Lui allait son chemin sachant qu’il devait mourir pour le salut des hommes. Entre eux, il y a une communion si grande tant leur amour du Père et des hommes est profond et intense. L’amour des deux : la mère et le Fils, se réalise dans une sainte relation de bonté et de miséricorde, de compréhension et d’immolation commune.
Marie avait connu la joie de l’Incarnation, elle connaîtra la croix de la Rédemption. Cependant elle aime son Fils dans son être et sa volonté parce qu’il est Dieu et Amour pour elle et tout le genre humain.
Marie porte son trésor en elle. Elle le présente aux bergers, puis aux Mages et au monde à sa naissance. Elle le donne à Siméon au Temple pour un instant et à tous les prêtres. Elle le suit dans sa mission apostolique, elle se réjouit de ses miracles, de ses enseignements qui ouvrent les esprits et les cœurs et les libèrent de l’esclavage du péché. Elle l’accompagne jusqu’au Calvaire et s’immole mystiquement avec Lui, et au-delà de Gethsémani et du Golgotha, Marie l’offre à l’autel où dans l’Eucharistie, Il continue à s’offrir à son Père pour se donner à chacun de nous.
C’est vous Marie, sa Mère et la nôtre qui avez permis ce miracle d’amour et qui nous avez appris qu’à travers l’Eucharistie, c’est toujours Jésus-Christ qui nous aime d’un amour infini et qui nous attend dans son Royaume. Marie est tout à son Fils et le Cantique des cantiques a raison de dire : « Je suis à mon Bien-Aimé et son cœur se porte vers moi. » (Ct 7, 11) Aimer Marie pour aller avec elle à Jésus, c’est dire avec Paul Claudel, cette prière :
« Je n’ai rien à vous offrir et rien à demander.
Je viens seulement, Mère, pour vous regarder,
Vous regarder pleurer de bonheur, savoir cela
Que je suis votre fils et que vous êtes là. »

Marie, apprenez-nous à aimer
Marie nous montre son amour pour autrui. Dès qu’elle est enceinte de Jésus, elle part dans une ville de Juda chez Elisabeth et Zacharie. Poussée par l’Esprit Saint, elle va aider sa cousine enceinte de Jean-Baptiste. En fait, elle part, animée par l’Esprit divin pour que Jésus en elle aille saluer et sanctifier son Précurseur Jean-Baptiste dans le sein de sa mère. C’est pourquoi Jean tressaille dans le sein de sa mère pour saluer son Sauveur.
A Cana, Marie encouragera Jésus à anticiper son heure en l’invitant à faire un miracle parce que les époux n’ont plus de vin. Et sa confiance est si grande en Jésus qu’elle dira aux serviteurs : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le ! » (Jn 2, 5) Par son amour des hommes, Jésus répond à sa mère et accomplit le miracle de changer l’eau en vin et anticipe la gloire de Jésus, Messie et Sauveur.
Marie nous révèle toujours un amour oblatif, s’oubliant chaque jour pour faire la volonté de son Fils. Elle nous apprend que le vrai amour est dans le don de soi à l’être aimé. On se donne non pour un instant, ni pour se reprendre mais pour toujours. L’amour divin en l’homme est éternel. Aimer son prochain avec l’amour divin est un amour d’amitié qui ne s’éteint pas parce que la flamme qui le brûle est à jamais vivante.
L’amour est fait de relation et d’attention permanente à l’autre dans un but connu : le bonheur de l’autre et des autres. Gustave Thibon a deux aphorismes pour expliquer la nature de l’amour oblatif. « Aimer, dit-il, ce n’est pas se dévorer l’un l’autre, mais avoir faim ensemble. » Mais faim de quoi : de la vérité, de la sagesse, de l’humilité, de la tendresse et de l’acceptation de l’autre et des autres avec toutes leurs richesses et leurs faiblesses, conscient qu’aimer, c’est corriger les défauts et grandir les vertus de chacun.
Et l’autre aphorisme qui engage tout l’amour oblatif de l’amitié et de l’amour conjugal est : « Chaque époux doit puiser dans le spectacle de la générosité de son conjoint non pas un prétexte pour prendre ses aises, mais un motif pour s’immoler lui-même davantage. »
Marie vient nous montrer que, l’amour vrai ne s’explique pas par les livres, mais se vit au quotidien avec le cœur de Dieu en nous, se manifestant par cette force de générosité, de bonté et de tendresse que nous savons donner. Et Dieu par son esprit l’anime sans cesse pour rapprocher l’homme de lui et l’inscrire un jour dans son amour éternel.

Comment parvenir à aimer comme Marie ?
Si Marie était plus connue et aimée, notre foi en Jésus et notre amour pour lui seraient plus grands. Si Marie était priée davantage, nous serions plus heureux, plus saints et moins mondains et nous serions ses enfants à l’image de son divin Fils, remplis de sagesse, de confiance et d’amour.
Avec Marie, mon amour sera plus facilement enraciné dans celui de Dieu et il ne craindra ni les turbulences de la vie privée ou publique, mais il vivra serein dans la joie comme dans la peine, dans la consolation spirituelle comme dans la persécution, dans la tranquillité comme dans la tourmente du monde agité.
Si Dieu est présent en moi, je ne crains ni tempête, ni séisme parce que rien ne peut me séparer de l’amour du Christ. (Rm 8, 39) Si Marie me tient la main et, Joseph l’autre, je marche sous la garde des parents de Jésus, en sécurité et ils me conduiront au ciel.
Si je suis uni aux deux Cœurs unis de Jésus et de Marie, je suis certain de posséder l’amour divin en moi. Et si chaque fille et fils de la terre le possèdent, alors nous formons déjà une famille d’amour terrestre qui anticipe celle du ciel qui nous attend.

Comment le corps peut-il aimer dans l’esprit ?
Si le corps est soumis à l’esprit, c’est un bonheur terrestre et céleste qui nous attend. Et Jésus nous le dit : « L’esprit est prompt mais la chair est faible » (Mt 26, 41) Alors si voulons maîtriser le corps, il faut savoir le nourrir naturellement de produits sains qui permettront un bon fonctionnement physique et cérébral et aussi savoir jeûner pour ne pas être enclin à la gourmandise et à tous les excès de table conduisant souvent à la débauche, à l’alcoolisme et au tabagisme avec leurs conséquences néfastes sur la famille et la société.
Un esprit saint dans un corps sain permet toujours une élévation de l’homme qui sait maîtriser son corps par un respect de son esprit, porté à la sagesse, par un respect de son cœur porté à l’amour vrai et oblatif, et par un respect de son corps, temple de l’Esprit Saint, porté à manger sainement, à faire un sport équilibré et à dormir à des heures régulières. Ainsi on peut espérer avoir un corps qui ne conduira pas l’esprit à la corruption et le cœur à la débauche. Suivons le conseil de Saint Paul : « Si vous vivez selon la chair, vous mourrez. Mais si par l’Esprit, vous faites mourir les œuvres de la chair, vous vivrez. » (Rm 8, 13)

Prions Marie qui défait les nœuds de nous aider à ouvrir largement notre cœur pour accueillir le Christ dans nos frères et sœurs et les aimer de l’amour oblatif de Jésus et de Marie. Ainsi nous serons heureux comme la Vierge Marie sur terre qui a su se réjouir et rendre gloire au Père pour toutes les bontés de son Enfant Jésus, comme pour toutes les merveilles accomplies par son Fils à travers sa prédication, ses miracles et la constitution de son Église pour propager sa Bonne Nouvelle, donner ses sacrements et guider les hommes sur le chemin du Salut.

Père François ZANNINI

voir aussi, sur notre blog, les autres articles sur les Vertus de Marie:
Les Vertus de Marie: la pauvreté
Les Vertus de Marie: l’obéissance
Les Vertus de Marie: l’humilité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.