Le large trou béant occasionné par la chute de la flèche de Notre-Dame de Paris s’est offert le 19 avril 2019 à nos regards comme une béance, un vide désormais impossible à combler. Voici cependant un beau témoignage d’espérance, né de cette contemplation.

« Et toi, ton âme sera traversée d’un glaive » (Luc 2, 35)
Marie, Notre Dame bien aimée,
Marie en ce Lundi Saint, voici ce que tu voulus nous faire comprendre :

Toi l’humble Dame de silence, dans cette demeure haute et pure au cœur de Paris, ton cœur bat pour cette cité. Le peuple de Paris, à toi tout dédié, voici presque dix siècles, te fit l’hommage de cette demeure. Et tu l’habites depuis, servante et souveraine, présente à nos prières, présente à nos peines, Mère aimante, chaque jour, tu fais accueil à nos misères.
Ton cœur immaculé accepte la brûlure de la Passion. Tu suis Jésus jusqu’à la croix. Ton cœur dévoré par l’Amour se consume pour les pécheurs. Tu deviens la Mère ravagée de douleur, unie au Christ défiguré. Prête à tout pour l’urgence du salut. Brûlée, même en ces pierres de cathédrale, tu ouvres nos regards sur le ciel, tu ouvres cette voûte pour nos regards, pour nous ouvrir le ciel. Notre Dame des douleurs, Notre Dame de Compassion, Porte du ciel, avec toi nous crions vers le ciel « Viens Seigneur Jésus ».

Gertrude Dubus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.