Afin de célébrer la fête du Christ ressuscité à Pâques en compagnie de la Vierge Marie, nous avons choisi de traiter d’un épisode dont les évangiles ne parlent pas: l’apparition du Christ ressuscité à sa mère.L’article se propose de voir la façon dont quelques artistes ont représenté la scène.

La Tradition chrétienne, en Orient comme en Occident, identifie clairement une apparition du Christ à sa Mère, même si rien ne se trouve dans l’évangile et si certains identifient Marie, la Mère de Jésus, avec une autre Marie, présente dans les évangiles des apparitions du Christ ressuscité aux femmes. La question qui se pose est le lieu de l’Apparition du Christ à sa Mère. Si l’on pense que l’évangile y fait allusion, alors l’apparition se fait dans le Jardin. Si l’on pense invraisemblable que Marie se soit dérangée au Tombeau (Elle est Celle qui a cru la première que son Fils ressusciterait, et elle ne pouvait aller achever les rites funéraires alors que c’était déjà le troisième jour qui commençait), alors l’apparition se fait au Cénacle où Marie attend, brisée de douleur, dans la foi. Ceci expliquerait pourquoi les femmes ne voient pas d’abord le Christ ressuscité, mais les anges, qui disent qu’il est vivant, et qui posent la question de la foi à ces femmes : pourquoi chercher parmi les morts Celui qui est vivant ?

Le thème iconographique de l’apparition du Christ ressuscité à sa mère
Rien n’est dit dans l’évangile sur la venue de la Vierge Marie au tombeau, et les artistes ont pu ainsi apporter très librement à ce silence leur propre interprétation.
La représentation de l’apparition du Christ ressuscité à sa mère est complexe : dans l’art paléochrétien, on trouve déjà trace de cette apparition : dans l’évangéliaire de Rabula, manuscrit enluminé rédigé en syriaque des Évangiles datant du VIe siècle, on représente la Vierge Marie, mère de Jésus, appelée ‘la Magdaléenne’ (Jean 19,26-27) au pied de la croix ; un siècle plus tard, une icône du Monastère sainte Catherine du Mont Sinaï représente le Christ apparaissant à Marie de Magdala et à l’autre Marie (la mère de Jacques, épouse de Zébédée) (Mt, 28,1-10). La mère de Jésus est clairement identifiée dans l’icône : par ses vêtements de couleur pourpre, les mêmes que ceux que portent le Christ et par les lettres ΑΓ ΜΡ (abréviations d’ Hagia Maria) qui signifient ‘Sainte Marie (mère de Dieu)’.


Icône du VIIès.

En Occident, les représentations sont diverses, selon les époques et les lieux. Quelques peintres ont choisi de représenter cette apparition en la dissociant du cadre du tombeau vide : rien n’est dit en effet dans l’Évangile sur la venue de la Vierge Marie au tombeau. Certains peintres italiens de la Renaissance ont choisi d’intégrer cette scène dans des paysages : on peut citer par exemple le tableau de Filippino Lippi, conservé à la Alte Pinakothek de Munich, qui représente la scène avec Dieu dans les nuées bénissant cette rencontre ; F. Lippi représente également, dans les nuées, la scène de l’Annonciation.
D’autres artistes, plus traditionnellement centrés vers les scènes d’intimité, préfèrent situer la scène dans un intérieur: ainsi du peintre flamand Rogier van der Weyden, par exemple. La Vierge Marie est représentée visitée chez elle par le Christ. Elle est prosternée à ses pieds, et cette figuration est également reliée à celle de l’Annonciation : cette fois, ce n’est plus l’Ange, mais le Christ lui-même qui vient visiter sa mère.

Le tableau du Guerchin
Enfin, le tableau du Guerchin du XVIIè s que nous présentons ci-dessus, en image principale, nous offre une vision baroque, hautement expressive, de l’événement : dans la lignée de Caravage, Le Guerchin utilise en effet le procédé du clair-obscur, d’une grande puissance expressive : le Christ apparaît à sa mère dans la pleine lumière d’une chair brillante, transfigurée, et la Vierge Marie, prosternée à ses pieds, tend les bras vers lui jusqu’à le toucher, et nous montrer le côté droit ouvert du Christ, stigmates de sa Passion. Le Christ pose également son bras gauche sur l’épaule de sa mère, en un geste de tendresse filiale qui associe pleinement sa mère à la Résurrection. De sa main droite, il tient l’étendard de la victoire sur la mort, symbole utilisé traditionnellement pour représenter le Christ ressuscité. Tout le travail du mouvement des plis et des drapés, caractéristique du style baroque, confère à la scène une vie particulière, jouant sur les effets d’ombre et de lumière, de creux et de pleins dans les plis des vêtements, ainsi que sur l’opposition entre l’envol et ce qui pèse : ainsi, l’étendard déployé, flottant dans l’air, signifie cette victoire sur la mort, sur l’immobilité.
Cette œuvre, qui nous donne à voir le tendre amour unissant Jésus et sa mère, correspond à ce que sainte Thérèse d’Avila (1515-1582) rapporte dans ses Relations spirituelles: cette grande mystique eut en effet une révélation privée qu’elle rapporte ainsi : « Jésus me dit qu’étant ressuscité, il était allé voir Notre Dame, parce qu’elle en avait grand besoin : la peine qu’elle avait la tenait toute absorbée et transpercée, qu’elle ne rentrait pas encore en elle-même pour jouir de cette joie [de la foi] ; et qu’il était resté longtemps avec elle, parce que c’était nécessaire pour la consoler. »
Il est doux de penser que le Christ a pris le temps d’aller lui-même consoler sa propre mère de la douleur qu’elle avait éprouvée lors de sa Passion.

En ces temps si difficiles d’épidémie, où certains vivent l’épreuve de perdre des êtres qui leur sont chers, sans pouvoir les accompagner, confions à la Vierge Marie et à Jésus ressuscité leur grande peine : que Jésus et la Vierge Marie nous offrent ce temps de la consolation, et nous aident à entrer dans la certitude de la résurrection de la chair, que nous professons dans le Credo.
Marie qui défait les nœuds , délivre-nous de cette épidémie!

Isabelle Rolland
Source iconographique : https://www.wikiart.org/fr/le-guerchin/apparition-of-christ-to-the-virgin-1630

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.