Immaculée Conception, 1661. Francisco Zurbaran (1598-1664, Espagne)

Cela paraît naturellement impensable à de nombreux croyants et athées que La Vierge Marie soit mère et toujours vierge. Ce qui est impossible aux hommes, ne l’est pas pour Dieu. Et c’est à travers une réflexion théologique avec les saints Pères de l’Église que nous allons aborder cette gloire de Marie pour mieux comprendre le miracle accompli par Dieu le Père envers Marie, sa fille bien aimée, qui a conçu et enfanté son divin Fils parmi les hommes.

Marie est Vierge et Mère
Marie a eu ce privilège du Père éternel d’être mère de son divin Fils tout en restant la vierge qu’elle avait toujours désirée être. Et elle conçut son divin Fils sans perdre sa virginité. En confessant que Marie est mère de Dieu, nous confessons du même coup sa perpétuelle virginité parce qu’elle est vierge et mère à jamais. Ce qui paraît absurde aux incroyants et aux impies. Mais énoncer une pareille proposition, c’est la prouver, comme énoncer l’existence de Dieu, c’est prouver qu’il est l’Être nécessaire et éternel.
Nier la virginité perpétuelle de Marie, c’est nier la divinité du Fils et douter de l’un, c’est douter de l’autre. Si Dieu le Père n’a qu’un fils naturel qui est le Verbe, Marie n’a qu’un fils naturel qui est le Verbe incarné. Marie l’a en commun avec le Père dont la vertu génératrice seule a pu le produire dans sa chair.
Marie a comme Dieu le Père d’autres enfants. Ce sont des enfants adoptifs qui sont tous les chrétiens unis par la grâce à son Fils ne faisant par elle avec Lui un seul corps qui est l’Église. Voilà la doctrine de l’Église, la vraie foi et l’enseignement des Pères dans l’histoire du Salut.

La Lumière de Saint Thomas d’Aquin sur la virginité de Marie
« Le même Fils qui est consubstantiel au Père par sa nature divine est consubstantiel à sa mère par son humanité, et ainsi elle a une consanguinité avec le Christ en tant qu’homme, et une affinité avec ce même Christ en tant que Dieu, si bien que par l’opération propre de cette maternité sacro- sainte, elle confine à la Divinité. » Plus loin, il ajoute, « Son union incomparable avec une personne infinie lui confère une sorte d’infinité à elle-même et, que par là, elle mérite un culte tout spécial parce qu’elle approche de plus près les confins de la Divinité. »
Saint Bernard affirme qu’il n’y pas deux fils, mais un seul, fils de Dieu et de Marie, tout entier fils de Dieu et tout entier fils de Marie. Pour saint Athanase, la vertu du Saint Esprit dont elle a été remplie pour concevoir le Fils de Dieu n’a pas été un don temporaire, mais éternel. Pour conclure sur ces principes Saint Thomas d’Aquin énonce quatre raisons principales de la virginité de Marie.
La première vient de la dignité du Christ qui est Dieu et qui ne pouvait habiter le sein de Marie que si elle était immaculée et vierge ; la seconde vient de la Majesté du Saint Esprit dont la vertu, en remplaçant en Marie, la vertu virile, a pris possession d’elle pour toujours et fit d’elle l’épouse du saint Esprit; la troisième vient de la reconnaissance éternelle de Marie pour son Dieu, de sa dignité suréminente de Mère de Dieu et de sa sainteté incomparable ; la quatrième vient de l’humilité de son angélique époux Joseph.
Marie est vierge comme elle est mère. C’est son état, sa condition, sa raison d’être et sa maternité est essentiellement virginale parce qu’elle est divine. Elle tient tant à cette virginité qui exprime tout le don de son être réservé à Dieu seul. C’est pourquoi elle demande à l’ange : « Comment cela se fera-t-il puisque je suis vierge ? » Tenant à sauvegarder l’honneur de sa virginité, elle préfère à l’honneur de devenir Mère de Dieu, celui de rester vierge. Elle devait être cette vierge incomparable pour concevoir et enfanter Celui est la fleur même de toute virginité, Celui qui engendre les vierges et qui est le fruit, la gloire et la récompense de la virginité.
Marie n’aurait pu concevoir perdre sa virginité qui était la couronne que Dieu lui avait donnée pour accueillir son Fils et l’expression de tout son cœur rempli d’amour pour Dieu. Et saint Joseph dans son humilité s’exprime comme étant le garant et le protecteur de la virginité de Marie.

Saint Joseph, mari de la Vierge Marie et protecteur de sa virginité
Saint Joseph avait fait aussi le vœu de virginité dans le mariage et à la vue de la grossesse de Marie, il voulut la quitter secrètement. Mais averti par l’ange, du plan divin, il s’y soumet humblement et prit Marie chez lui. Il fut rempli lui-même de tant de révélations qu’il comprit qu’en étant choisi par Dieu pour être le père nourricier et éducateur de son divin Fils Jésus, il allait aimer cette vertu de la virginité qui devait l’inonder chaque jour, des plus belles consolations.
La Vierge Marie et saint Joseph ont vécu un vrai mariage comme le Christ est uni à son Église et vivent deux amours qui ont pour but d’enfanter des chrétiens c’est-à-dire d’autres Christs. Le mariage est non seulement le symbole mais aussi l’auxiliaire de Jésus et de l’Église, de leur puissance, de leur zèle et de leur charité.
Dans le mariage de Marie et de Joseph, on retrouve l’union de Dieu et de l’homme, du Christ et de son Église comme le type exemplaire et la raison formelle.
Dans le mariage de Marie et de Joseph, nous voyons Dieu lui-même et son immense charité, et la nature humaine avec ses charmes embellis par la grâce. C’est l’amour éternel qui se cache sous l’image de Joseph et dont la fécondité virginale produit en Marie, le propre fils de Dieu.
Marie contracte un mariage avec Joseph et lui offre son très chaste corps consacré à Dieu depuis son enfance et elle sait bien que ce n’est pas pour lui mais pour Dieu dont il est le représentant et l’ambassadeur.
Joseph épouse vraiment Marie et extérieurement, il est son époux légitime mais de façon qu’elle ne sera possédée que de l’Esprit Saint qui sera à jamais son Époux. C’est de Lui seul qu’elle concevra, enfantera et c’est par sa vertu seule qu’elle produira le Sauveur du monde.
Joseph et Marie, vierges tous les deux seront récompensés de leur vertu parce qu’en acceptant tous les deux ce don de Dieu, il leur mérita de devenir les parents de Jésus Christ.

Les trois liens du mariage vécus par Marie et Joseph selon saint Augustin

Selon saint Augustin, il y a trois liens dans le mariage.
Le premier lien est le saint contrat où les époux se donnent l’un à l’autre et Marie et Joseph se donnent leur vie dans l’offrande mutuelle de leur virginité.
Le deuxième lien est l’amour conjugal par lequel on s’engage à consacrer tout son cœur à l’être aimé. Chez Marie et Joseph, c’est un amour avec une perfection inimitable parce que c’est un amour tout céleste qui est d’autant plus fort qu’il est plus pur. Ensemble, ils ne rechercheront pas la beauté mortelle, mais plutôt la beauté intérieure dont la pureté et la virginité étaient le principal charme. Et plus ils s’aimaient, plus ils voulaient l’un à l’autre la conserver par une entière unité de cœur.
Le troisième lien du mariage est l’enfant. Et chez Marie et Joseph, ce fruit du mariage est si sacré et si admirable qu’il a poussé sur la virginité des époux et Jésus est bien le fruit bienheureux de cette virginité.

Les trois raisons fondamentales du mariage de Marie et Joseph
Si Dieu a voulu ce mariage, c’est pour de multiples raisons : à cause de Jésus, à cause de sa mère et à cause de nous-mêmes.

• A cause de Jésus : en effet ce mariage eut lieu pour que Jésus ne fût pas rejeté par les infidèles comme issu d’une union illégitime. Une naissance sans mariage aurait été un sujet de scandale pour les impies. Même si cette naissance était sainte, les apparences étaient mauvaises et Dieu ne fait rien de mauvais. Comme victime du genre humain, Jésus a voulu accepter toutes les humiliations : mépris, honte, faux jugements, anéantissement dans sa Passion. Il voulu être pauvre (étable, sans abri), il accepta d’être appelé possédé du démon, blasphémateur, d’être condamné, battu, supplicié, mais personne ne put le convaincre de péché et oser le traiter d’impudique parce qu’il est le Saint des saints, et dans sa puissance, il n’a jamais voulu révéler le secret de son incarnation sauf à Joseph. Voilà la raison du mariage de Marie et Joseph et il œuvra pour cacher au monde et au démon ses desseins de mourir en croix pour sauver le monde du péché et de la mort éternelle. Si le démon avait su que sa mort était la Vie et le Salut de l’Homme, il n’aurait pas cherché à le faire mourir.
• A cause de Marie : Ce mariage était nécessaire à Marie parce que sans Joseph, Marie aurait été exposée aux vexations de la Loi inflexible en cette matière. Sa réputation comme celle de son fils eût été la dérision des impies et le scandale des faibles. Celle qui devait être l’idéal de la pureté, ne pouvait être exposée à de telles épreuves.
Marie ne pouvait se passer de Joseph pour subvenir à ses besoins : Comment aurait-elle pu fuir seule en Égypte et nourrir pendant des années l’Enfant Jésus ? Comment aurait-elle vécu seule à Nazareth ? Il lui fallait un guide et un protecteur autorisé pour la conduire sur les chemins pénibles de la vie. Elle avait besoin de tout son cœur et de toute son âme pour veiller à l’éducation de ce divin Enfant, et Joseph était bien le complément nécessaire de ce saint intérieur.
• A cause de nous-mêmes : ce mariage était nécessaire pour nous-mêmes, nous rappelant que notre foi repose sur ce dogme de la virginité de Marie. Et saint Joseph est le plus grand témoin de la pureté de Marie et sa sincérité est la preuve toujours vivante de la fécondité virginale de Marie. Par ce couple, Dieu a voulu nous enseigner à veiller sur notre vertu et à éviter les imprudences qui conduisent tant d’hommes et de femmes à perdre leur virginité et à faire pleurer Jésus, Marie, Joseph et leur Mère l’Église.
Par le mariage de Marie et de Joseph avec Jésus, leur divin Enfant, Dieu a voulu nous révéler la beauté du mariage chrétien. A travers ce couple composé d’un père et d’une mère avec un Fils le Christ vivant longtemps avec eux, leur obéissant et partageant leur travail, leur pain, leur vie quotidienne, nous avons un modèle parfait de l’amour conjugal, paternel et maternel aussi bien que de l’amour filial qui en est le nœud, l’aliment et la récompense.

Prions Marie qui défait les nœuds de venir en aide aux jeunes et aux parents pour mieux vivre dans cette pureté de l’amour en regardant Marie et Joseph afin de demeurer dans la virginité de l’esprit, du cœur et du corps et encourager leurs enfants à vivre dans cette virginité de Marie et Joseph. Ainsi ils prépareront dans la pureté et la virginité de ce saint couple, leur vie soit pour le mariage, soit pour une vie consacrée et ils la bâtiront sur le Roc qui est Jésus, le Fils de Dieu, toujours heureux de voir ses enfants l’aimer en gardant ses commandements. Amen

Père François ZANNINI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.