Le 15 septembre, lendemain de la fête de la Croix glorieuse, la liturgie célèbre « Notre-Dame des Douleurs ». C’est l’un des nombreux vocables sous lequel on invoque la Vierge Marie, et qui honore particulièrement la souffrance de celle qui a porté, mis au monde et accompagné le Christ jusque dans sa Passion. Cette souffrance associe la Vierge Marie à la rédemption du monde.

Les sept douleurs de la Vierge Marie
La dévotion populaire honore sept douleurs particulières de la vie de la Vierge. Elle est souvent représentée avec sept glaives qui lui transpercent le cœur, en référence à la prophétie de Syméon qui a pris cette image du glaive pour annoncer à la Vierge Marie qu’elle souffrirait beaucoup:
« Syméon les bénit, et dit à Marie, sa mère : Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et à toi-même une épée te transpercera l’âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées. » (Lc 2:34-35)

Les sept douleurs particulières de la vie de la Vierge sont traditionnellement liées à la Passion de son fils Jésus, mais également à certains épisodes de l’enfance de Jésus:
La prophétie de Syméon concernant l’Enfant Jésus. (Lc, 2, 34-35)
La fuite en Égypte de la Sainte Famille. (Mat, 2, 13-21)
La disparition de Jésus pendant trois jours au temple. (Lc, 2, 41-51)
La rencontre de Marie et Jésus sur la via crucis. (Lc, 23, 27-31)
Marie contemplant la souffrance et la mort de Jésus sur la Croix. (Jn, 19, 25-27)
Marie accueillant son fils mort dans ses bras lors de la Descente de croix. (Mat, 27, 57-59)
Marie abandonnant le corps de son fils lors de la mise au tombeau. (Jn, 19, 40-42)

Les dévotions à Notre-Dame des Douleurs
C’est le pape Pie X qui a fixé la date de la célébration de Notre-Dame des Douleurs au 15 septembre. Cette dévotion existe cependant depuis le XIIIès.Il a été développé par l’ordre des Servites de Marie, notamment avec le Chapelet des Sept Douleurs de Marie, qui honore et prie les larmes de Marie autant que ses douleurs, et le Scapulaire Noir des Sept Douleurs de Marie.

La Via matris dolorosa, un chemin de vie
La Via Matris (chemin de la Mère) est un exercice de piété où les fidèles, tout en marchant, méditent sur le «chemin» de la Vierge, métaphore de la vie.
Ce chemin comporte sept ‘stations’, qui correspondent à sept épisodes douloureux de la vie de la Vierge Marie, cités ci-dessus. Il nous aide, par la contemplation des souffrances de la Vierge Marie et du Christ, à accepter nos propres souffrances, à leur donner sens.

Isabelle Rolland

Pour en savoir plus
sur la via Matris

Voir aussi sur notre blog:
Que faire des souffrances de notre vie?

voir aussi, sur notre blog:

Que faire des souffrances de notre vie ? – La fête de Notre -Dame des Douleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *