En 1991, pour le Chemin de Croix du Vendredi Saint, le saint pape Jean-Paul II a rédigé un Chemin de Croix de 14 stations selon les évangiles; supprimant les scènes du Chemin de Croix traditionnel qui ne se trouvent pas dans l’Évangile, il a voulu que nous suivions la méditation de la Passion telle que nous la décrivent les évangélistes.
C’est ce même Chemin de Croix selon les évangélistes qui a inspiré Benoît Cazelles, enlumineur, pour réaliser cette œuvre d’art et de foi, intitulée Chemin de Croix-chemin d’amour. Il a demandé à son ami, l’abbé Olivier Rolland, de rédiger une méditation à partir des douze tableaux : cette méditation accompagne les enluminures.

Nous reproduisons, avec l’autorisation de leurs auteurs, et sous réserve du respect des droits d’auteur liés à l’utilisation de ces deux créations, le texte et la méditation de cette XIIè station du Chemin de Croix du Vendredi Saint.

XII
℣ Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons.
℟ Parce que tu as racheté le monde par ta Sainte Croix.

Marie, la Mère virginale et Immaculée de Jésus, est là au pied de la Croix de son Fils, souffrant avec lui, s’offrant avec lui. Elle a emmené avec elle le plus jeune des Apôtres, Jean, le disciple que Jésus aimait d’une tendresse particulière, avec son cœur virginal et juvénile. Alors que les moqueurs ont insulté Jésus et l’ont mis au défi de descendre de la Croix, Marie est là pour dire à Jésus : “Surtout, ne descends pas de la croix, mon Fils”, et c’est pour cela que l’artiste l’a représentée à genoux, dans un geste de supplication. C’est là, sur la Croix, que Jésus achève son œuvre. C’est là qu’il change l’histoire humaine. Et Marie est là pour accueillir son sacrifice rédempteur, pour le déposer sur l’autel de son Cœur Immaculé. Jésus, avec la tendresse d’un Fils, confie sa Mère au disciple, pour qu’elle ait toujours un Fils dont s’occuper, et que, lui, ait une Mère à écouter. Elle devient ainsi Mère pour tout homme, la Nouvelle Ève, la Nouvelle Mère de tous les vivants.

Jésus, toi, le Nouvel Adam, qui sur la Croix as fait toutes choses nouvelles, qui as voulu que nous puissions nous confier à ta Mère comme toi-même l’as fait, qui as voulu laisser à tout homme en ce monde une Mère qui dirait à chacun combien Dieu l’aime, nous voulons nous aussi, comme Jean, recevoir de toi aujourd’hui Marie pour Mère et l’installer dans la demeure de notre existence.

Pitié, Seigneur, car nous avons péché.
Notre Père – Je vous salue Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *