Cet article donne parole à Marie-Pierre, qui est atteinte de cette nouvelle pathologie : l’électro sensibilité. Elle nous explique les symptômes de cette maladie et la façon de se protéger, afin d’éviter de tomber malade. L’électro sensibilité risque en effet de devenir l’un des défis majeurs de santé publique des années à venir.

Marie-Pierre, vous êtes atteinte de cette pathologie de l’électro sensibilité. Comment peut-on définir cette maladie, en termes simples ?
Il convient de définir les termes et de distinguer 3 sortes de pathologies différentes. Le vivant dans son ensemble est électro-sensible car il fonctionne de manière électromagnétique. Certains champs électromagnétiques (CEM) lui sont bénéfiques (par exemple le CEM de la terre), d’autres non. Les CEM artificiels des technologies sans fil sont vraiment nocifs par leur fréquence mais surtout parce qu’ils sont pulsés. Au lieu d’une onde homogène et constante à laquelle les cellules pourraient s’adapter ou contre lesquelles elles pourraient se défendre, le corps est soumis à un bombardement haché contre lequel il ne peut rien faire. Cela touche également les plantes et les animaux. Les hommes développent des maladies correspondant au travail de sape opéré par ces ondes : cancers, Alzeimer, AVC, infarctus, sclérose en plaque, pour ne citer que les principales.
Par « chance », certains corps vont réagir de façon visible à cette agression. C’est le cas lorsqu’on devient Electro-Hyper-sensible (EHS) ou qu’on développe simplement un SICEM (Syndrome d’Intolérance aux Champs Electromagnétique). Après une agression de plusieurs années consécutives, le corps soudain soumis à un CEM plus fort que d’habitude se met à sur-réagir à l’agression de manière violente (c’est l’EHS). Il sur-réagit ensuite à chaque stimuli, même minime : c’est le même fonctionnement qu’une allergie. L’urgence est alors de trouver un endroit à l’abri des ondes pour arrêter le processus d’hypersensibilité avant qu’il ne soit trop tard. Si tel est le cas, une fois la crise passée, on est en présence d’un SICEM. La personne réagit plus ou moins violemment et rapidement, selon son état de santé et son temps d’exposition au CEM. C’est ce dont je souffre. Mais ce n’est que l’aspect symptomatique de cette maladie. C’est aussi une véritable maladie qui atteint principalement le cerveau (sclérose), mais aussi : le système nerveux, musculaire, cardiaque, digestif, respiratoire, sanguin … selon les personnes.

Savez-vous combien de personnes sont atteintes aujourd’hui ?
Tout le monde est impacté ! Lorsque je questionne des gens, je me rends compte que beaucoup souffrent des ondes mais beaucoup ne savent pas que leurs souffrances proviennent de là. On estime 10% et 30% de la population atteinte. Mais parce que les médecins ne connaissent pas du tout cette maladie, elle n’est pas toujours diagnostiquée.

Depuis quand avez-vous ressenti ce mal et comment s’est-il manifesté ?
J’ai d’abord eu une lente dégradation de mon état de santé physique et mental. Mes premiers symptômes ont été une fatigue chronique et des insomnies. Peu à peu sont apparus les acouphènes (d’abord les bourdonnements, puis un sifflement constant), les migraines et céphalées, le changement du caractère (impatience, je criais tout le temps). Enfin s’est installé une diarrhée chronique. Ensuite, l’insomnie s’est aggravée. A la fin j’ai perdu totalement le sommeil. C’était affreux. Et je n’étais pas fatiguée, au contraire, j’étais sur les nerfs en permanence.. Après 6 semaines d’insomnie, mon corps a dû faire face à une exposition de CEM plus violente que d’habitude. En effet, pendant 2 jours, à Paris, la TNT de la tour Eiffel a été boostée. Dans mon appartement on est passé d’une exposition de 600mv/m à 1,3v/m (soit le double). Cela m’a été fatal. J’étais devant ma télévision et mes oreilles se sont mises à siffler tellement fort que je n’entendais plus le son du poste même à fond ! Je me suis mise devant mon ordinateur et mes yeux me brûlaient. Je me suis levée et j’ai failli tomber par terre, mes jambes flageolaient. Puis j’ai ressenti un malaise général insupportable et une oppression respiratoire. J’ai trouvé refuge dans un coin de ma cuisine ou les symptômes se calmaient. Je ne pouvais plus rester dans mon appartement.

Quels sont les inconvénients majeurs de cette maladie sur votre vie quotidienne, chez soi et en dehors de chez soi ?
Plus aucune vie sociale possible. Imaginez un seul instant que vous deviez à vie, tous les jours, refuser toute invitation à diner, déjeuner, mariage, fêtes diverses et variées, sorties cinéma, théâtre, musée, resto. Mais aussi renoncer à tout voyage et autres réjouissances du même genre. Que votre vie consiste à rester «  terré » dans votre habitation la plupart du temps et limiter vos sorties au minimum (les courses, un calvaire). Et la hantise qu’un proche se retrouve à l’hôpital, car impossible d’aller le visiter. Et celle d’avoir un accident et de se retrouver soi même hospitalisé !
Même chez soi la vie quotidienne est difficile car le SICEM atteint la mémoire immédiate : lancer une simple machine à laver peut prendre jusqu’à 4 jours ! Je ne parle même pas des démarches administratives qui deviennent une véritable montagne.
A l’extérieur de chez soi, le wifi, entre autre, empêche de se concentrer, de mémoriser, de réfléchir, de mettre de l’ordre dans ses idées. J’en ai fait plusieurs fois l’expérience, en présence de wifi je deviens rapidement incapable d’avoir une conversation suivie car je perds le fil, je comprends difficilement ce que me dit mon interlocuteur et je ne trouve plus mes mots. Plusieurs amies bien portantes ont effectivement constaté une nette différence de performance intellectuelle et physique et de fatigue en travaillant avec et sans wifi. Et ce n’est qu’un tout petit aspect de la question.

Peut-on se soigner, et comment ?
C’est une question trop complexe à aborder. En gros c’est tout un changement de vie qu’il faut opérer. Trouver un lieu de vie protégé (cela fait 4 ans que je cherche une maison à l’abri des ondes…), changer d’alimentation, et prendre un certains nombres de produits pour palier les déficiences : circulatoire, digestive, etc. Il est difficile de trouver un médecin spécialisé dans cette maladie (2 ou 3 en France!!!) et surtout d’aller le consulter et de faire les nombreuses analyses et examens médicaux prescrits. De nombreux malades ne peuvent pas accéder aux soins à cause de cela.

Quels conseils donneriez-vous pour éviter de tomber malade ?
Remplacer le sans fil par du filaire (téléphone et internet). Un téléphone sans fil de maison (les DECT) émettent en permanence, que vous les utilisiez ou non, et ont une portée énorme qui va également « polluer » vos voisins. La bonne nouvelle c’est qu’on peut très bien se passer de wifi. On peut accéder à Internet tout simplement en reliant l’ordinateur à la live box ou au modem par un simple fil jr45. Attention : mettre un fil ne suffit pas, il faut aussi désactiver le wifi de la box et de l’ordinateur (voir protocole sur le site de Ronins des Toits) On peut aussi opter pour une box Orange (attention pas toutes) qui a l’énorme avantage d’avoir un bouton frontal qui active et désactive le wifi à volonté. On peut ainsi activer le wifi juste le temps nécessaire à une activité ponctuelle particulière qui le nécessite, et le laisser désactivé le reste du temps. Il existe aussi des modems sans wifi.

N’utiliser le portable qu’en cas de nécessité absolue (sinon attendre d’être chez soi pour faire de l’internet ou passer des coups de fil) et sinon le laisser toujours en mode avion. L’éteindre la nuit et le mettre dans une autre pièce que votre chambre. Éteindre également au tableau électrique la nuit l’électricité de votre chambre et des pièces adjacentes (le 50hertz est nuisible à la santé et à la qualité du sommeil). Protéger son habitation avec des peintures spéciales si on est près d’antennes GSM. Et mettre à la poubelle votre four à micro ondes et votre table de cuisson à induction (redoutable, d’une puissance émettrice phénoménale juste au niveau de votre ventre ou de la tête d’un petit enfant).

Quelle intention de prière aimeriez-vous confier à Marie qui défait les nœuds ?

Notre-Dame qui défaites les nœuds, protégez-nous ; protégez l’humanité de ces destructions induites par les ondes, en agissant sur les cœurs de ceux qui font passer l’ intérêt financier avant la santé publique, partout où ils se trouvent.
Permettez que tous ces malades puissent être reconnus et considérés là où ils sont, en dénouant dans l’esprit de ceux qui les jugent sans comprendre le nœud de l’incrédulité.
Suscitez des recherches chez les scientifiques, nous fournissant des moyens de lutte concrets, une information qui ne soit pas tronquée grâce à des journalistes courageux, afin que chacun prenne conscience des dangers qui menacent notre vie et celle de ceux que nous aimons. Donnez-nous la force de nous unir.
Merci, Marie-Pierre

Isabelle Rolland

Pour en savoir plus :
https://reporterre.net/Electro-sensibilite-le-cri-d-alarme-des-medecins
https://www.lemonde.fr/enquetes/article/2018/07/05/ondes-de-choc-le-calvaire-de-l-electrohypersensibilite_5326051_1653553.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *