Nous fêtons aujourd’hui en ce 1er mai st Joseph Artisan, patron du travail humain, source de sanctification du quotidien. Cette fête nous permet de comprendre la vertu propre du travail.

Un peu d’histoire…

Dans la Grèce antique, la notion de travail n’était pas bien considérée : le travail était perçu comme étant contraire à la liberté humaine. Il était en effet défini comme action utile à la satisfaction des besoins. N’ayant pas en lui-même sa raison d’être, on le considérait comme une action d’esclave.

C’est avec le judéo-christianisme que cette logique s’inverse. Dieu créateur a fait œuvre en sa création, et l’homme, créé à l’image de Dieu, prolonge l’œuvre créatrice par son travail, associé à la vie. Il s’agit donc d’une véritable collaboration : la distinction entre action utile et activité libre s’estompe : tout travail humain participe à l’œuvre créatrice, qui se continue grâce à l’homme. Vincent de Beauvais, dans son Miroir doctrinal, expose, au XIIè siècle, les travaux des champs qui conviennent à chaque mois. On retrouve par exemple sur le portail Nord de la cathédrale de Chartres cette représentation des activités rurales comme des activités bénies par Dieu.

Avec la modernité, les choses évoluent. Si Voltaire développe dans Candide l’idée que le travail éloigne de nous trois grands maux – l’ennui, le vice et le besoin, Karl Marx développe l’idée que dans le travail l’homme accomplit sa propre histoire. Peu à peu la critique de la valorisation du travail s’impose : le travail n’est plus le lieu d’accomplissement de l’homme. Ce phénomène est en lien avec la révolution industrielle.

La fête de st Joseph artisan

Après que, le 8 décembre 1870, Pie IX, , sur la demande d’un grand nombre d’évêques, eut proclamé Joseph, le très saint Patriarche « Patron de l’Église catholique , Léon XIII écrivit en 1889 une encyclique sur st Joseph :quamquam pluries, dans laquelle il valorisait st Joseph travailleur. En 1955, Pie XII (1876-1958), reprenant le principe de la fête du travail, instaura la Solennité de st Joseph artisan, destinée à être célébrée le 1er mai. Saint Joseph est ainsi l’un des saints que l’on fête deux fois dans l’année (19 mars et 1er mai) ; – le pape Jean XXIII a ajouté son nom au canon de la Messe. Actuellement la fête de st Joseph artisan est simplement une mémoire.

 

St Joseph, un modèle de sanctification par le travail

Le saint pape Jean-Paul II a composé le 15 août 1989 l’exhortation apostolique intitulée Redemptoris custos, « le gardien du Rédempteur». Dans ce texte, il appelle Joseph le ‘serviteur du salut’, et le cite en exemple comme modèle du travail ‘expression de l’amour’ :

«  Le travail humain, en particulier le travail manuel, prend un accent spécial dans 1’Évangile. Il est entré dans le mystère de l’Incarnation en même temps que l’humanité du Fils de Dieu, de même aussi qu’il a été racheté dune manière particulière. Grâce à son atelier ou il exerçait son métier et même temps que Jésus, Joseph rendit le travail humain proche du mystère de la Rédemption. 23. Dans la croissance humaine de Jésus « en sagesse, en taille et en grâce », une vertu eut une part importante: la conscience professionnelle, le travail étant « un bien de l’homme » qui « transforme la nature » et rend l’homme « en un certain sens plus homme (34) ». L’importance du travail dans la vie de l’homme demande qu’on en connaisse et qu’on en assimile les éléments afin « d’aider tous les hommes à s’avancer grâce à lui vers Dieu, Créateur et Rédempteur, à participer à son plan de salut sur l’homme et le monde, et à approfondir dans leur vie l’amitié avec le Christ, en participant par la foi de manière vivante à sa triple mission de prêtre, de prophète et de roi (35) ». 24. Il s’agit en définitive de la sanctification de la vie quotidienne, à laquelle chacun doit s’efforcer en fonction de son état et qui peut être proposée selon un modèle accessible à tous: « Saint Joseph est le modèle des humbles, que le christianisme élève vers de grands destins; il est la preuve que, pour être de bons et authentiques disciples du Christ, i1 n’y a pas besoin de «grandes choses»: il faut seulement des vertus communes, humaines, simples, mais vraies et authentiques (36) ».

Que notre protectrice, <font class= »green »>Marie qui défait les nœuds </font>, nous aide avec st Joseph  à entrer dans cette logique de collaboration, de sanctification du quotidien par le travail. Qu’elle nous protège du travail qui dégrade ou aliène et aide ceux et celles qui n’ont pas de travail à vivre cette épreuve en gardant confiance

Isabelle Rolland, 1er mai

Sources :

https://www.mariedenazareth.com/tout-sur-marie/doctrine/qui-est-marie/les-textes-de-reference-des-differentes-traditions/eglise-catholique-textes-marials-de-reference/leon-xiii-encyclique-sur-saint-joseph-quamquam-pluries/

http://www.saintjosephduweb.com/Historique-de-la-fete-de-Saint-Joseph-du-19-mars-et-du-1er-mai_a7.html

https://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/apost_exhortations/documents/hf_jp-ii_exh_15081989_redemptoris-custos.html

http://www.lemonde.fr/economie/article/2003/05/21/la-valeur-du-travail-depuis-l-antiquite_320993_3234.h

portail nord de la cathédrale de Chartres:les travaux d'août (moisson) et de septembre(vendange)
portail nord de la cathédrale de Chartres:les travaux d’août (moisson) et de septembre(vendange)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.