Saint Hyacinthe était d’une famille illustre originaire de Silésie. Il est né Kamień Śląski sur les terres d’Opole, peu avant 1200. C’était un homme ouvert d’esprit, qui se distingua par son savoir et sa forte personnalité, et par un mode de vie sévère. Il fit ses études de théologie et de droit canonique à Paris et à Bologne. Docteur en théologie, prêtre, chanoine de Cracovie, Missionnaire Dominicain, il réforma de nombreux couvents en Pologne, en Russie et en Lituanie. Il évangélisa aussi la Suède, la Norvège, le Danemark, l’Écosse, l’Asie mineure et la Grèce. . Ce fut l’Apôtre du Nord et un thaumaturge de son siècle.
Hyacinthe partit pour Rome en compagnie de son évêque et de trois autres confrères. C’est là qu’il rencontra pour la première fois Saint Dominique, fondateur de l’Ordre des Dominicains, il fut le témoin d’un miracle de saint Dominique et suite à la demande de son évêque et à la suite d’une suggestion du saint, qui manquait alors cruellement de frères pour évangéliser la Pologne, il intégra cette communauté avec ses compagnons. Il n’avait même pas vingt ans.

Un évangélisateur
Ce fut saint Dominique qui reçut ses vœux, lui remis l’habit des frères prêcheurs et l’envoya évangéliser la Pologne. C’est à l’automne 1222 que les frères dominicains arrivèrent à Cracovie et s’installèrent dans l’église de la Sainte Trinité avec deux objectifs précis : l’organisation de couvents et les missions d’évangélisation parmi les peuples voisins. La participation de Hyacinthe à ces deux buts est indéniable. Il prit la tête d’un groupe, qui, dans les années 1225-1226, partit de Cracovie vers le Nord. Accueilli favorablement par le prince Świętopełk et l’évêque Michał, il fonda un couvent à Gdansk (Dantzig). Le succès de cette entreprise contribua à l’affermissement de la province polonaise dont les droits furent reconnus égaux à ceux des autres provinces à Paris, le jour de la Pentecôte, en 1228. Hyacinthe faisait partie de la délégation à ce chapitre extraordinaire ainsi que le provincial Gerard de Wrocław et Marcin de Sandomierz. Les années suivantes ont été consacrées aux missions évangéliques en Russie (1228-1233) et en Prusse (1236-1238). Dans les années 1240 et 1250 l’activité de saint Hyacinthe a été constamment liée au couvent de Cracovie. Il se concentra sur les tâches qui s’imposaient aux dominicains polonais : les missions intérieures et extérieures. En Pologne, ce n’étaient pas les hérésies qui furent le souci principal des dominicains, mais l’approfondissement d’un christianisme encore superficiel.

Un ascète et un thaumaturge
Sa vie n’était qu’un perpétuel exercice de charité envers toutes les misères, et de cruauté contre lui-même. A l’imitation de son père saint Dominique, il n’avait point d’autre chambre que l’église et d’autre lit que la terre ; il se déchirait toutes les nuits les épaules avec des chaînes de fer et jeûnait fréquemment au pain et à l’eau pour la cause des plus misérables. Il opéra de nombreuses conversions, il guérit de nombreux malades.Parmi les prodiges qu’il opéra, on cite des résurrections de morts, la délivrance de possédés du démon, la guérison de nombreux malades.

La Vierge Marie dans la vie de st Hyacinthe
Parmi d’autres épisodes merveilleux, la Vierge Marie lui demande de l’emporter avec lui…La tradition raconte que pendant sa mission en Russie dans un monastère à Kiev, où il se trouvait célébrant la messe, Hyacinthe, après avoir fini de célébrer, sans trop réfléchir, prit la boîte avec le Saint Sacrement et chercha à s’enfuir, pour en empêcher la profanation. Comme il allait quitter l’église, une voix sortit de la statue en marbre de Marie, qui lui demanda de l’emporter aussi : « Hyacinthe, tu as pris mon fils, et moi, tu veux me laisser ?». La statue pesait huit ou neuf cents livres et était beaucoup plus lourde que ce qu’il pouvait porter; Hyacinthe, plein de foi, la prit d’une main et la trouva légère comme un roseau, il sortit en sécurité de la ville. A défaut de bateau, il traversa avec son précieux ‘fardeau’ le grand fleuve du Borysthène comme une terre ferme, marchant sur les eaux, pendant que son manteau servait de barque à ses frères, qui le suivaient. Il traversa Halicz, et, en passant par Lvov, atteignit enfin Cracovie.
Consolé par plusieurs visites de la Vierge, il eut révélation de sa mort, qui arriva le 15 août 1257. Il est enseveli dans l’Eglise des Dominicains à Cracovie. Hyacinthe a été canonisé le 17 avril 1594 par le pape Clément VIII. Sa fête est le 15 août, jour de sa mort, mais il est célébré le 17 août (puisque le 15 août est consacré à l’Assomption). Sa statue est présente sur la colonnade de la place saint Pierre à Rome. Le culte de saint Hyacinthe commença immédiatement après sa mort, particulièrement vif à Cracovie, et dans sa Silésie natale. Le culte de saint Hyacinthe se répand non seulement en Pologne mais encore dans toute l’Europe, les deux Amériques et en Asie. Hyacinthe Odrowąż est le premier des saints polonais dont le culte fut si rapidement diffusé après sa canonisation.
En 1686 le pape Innocent XI le nomma saint patron de la Lituanie.
Saint Hyacinthe est le patron de l’archidiocèse de Cracovie.
Une basilique à Chicago porte son nom.
La ville de Saint-Hyacinthe au Canada et la rue Saint-Hyacinthe à Paris sont nommées en son honneur.

L. du Jonchay

Source iconographique : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Carracci_Saint_Hyacinth.jpg

Pour voir plus d’images :
Hyacinthe de Cracovie
Pour aller plus loin :
• Abbé jaud, « Vie des Saints pour tous les jours de l’année », Tours, Mame, 1950.
• Vies des saints, des bienheureux, des martyrs, et des autres personnes illustres ou recommandables par leur piété de l’un et de l’autre sexe de l’Ordre des Frères-Prêcheurs, distribuées suivant des jours de l’année. Année Dominicaine mois d’Aout, Les pères dominicains de Lyon Editeur : X. Jevain Lyon (1909)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.