L’Église commémore aujourd’hui la fête de la translation de la maison de la Sainte Vierge Cet article raconte l’histoire merveilleuse de la maison de la Vierge Marie, selon des révélations des mystiques et de la Vierge Marie elle-même.

Nous trouvons de très nombreuses reliques de la vie du Christ mais qu’en est-il exactement pour cette maison ? Quelle est-elle ? Qu’elle est son histoire ? De nombreux historiens se sont penchés sur le sujet, et surtout il subsiste de précieux témoignages tout au long des siècles jusqu’à nous.

La maison de Nazareth
Cette petite maison de structure très ancienne en pierre et chaux est celle de la Sainte Famille à Nazareth. Grâce à plusieurs mystiques nous pouvons nous imaginer entre ses quatre murs ce qu’a pu être la vie de tous les jours en ce lieu.A l’arrivée de Saint Joseph et de Marie c’est une toute petite maison qu’ ils découvrent, adossée à une colline, au bout de leur voyage de Jérusalem. Fatiguée mais heureuse, Marie prendra un temps d’observation: cette maison était celle de ses parents, dans laquelle elle avait vécu jusqu’à ses cinq ans, âge où elle fut confiée au Temple. Maria Valtorta rapporte les paroles de la Vierge :  

« Je désire tant de voir, de reconnaître ma maison. J’étais toute petite quand je l’ai quittée et j’ai oublié son aspect…maintenant je le retrouve…Il me semble de retrouver ma mère que j’ai perdue, mon père bien aimé, de retrouver l’écho de leur paroles…et le parfum de leur dernier soupir. Il me semble ne plus être orpheline puisque autour de moi j’ai l’embrassement des murs…. » (Maria Valtorta : l’Évangile tel qu’il m’a été révélé Tom I chap21)

Voila l’émotion de Marie face à cette petite maison, synonyme de tant de souvenirs, d’amour et de prières avec ses parents.

Une religieuse du XVIIIème siècle, sœur Maria Cecilia Baij, suite à des révélations du Christ lui-même, a dû écrire ce qu’Il lui avait révélé sur Saint Joseph. Les responsables du sanctuaire de Cotignac ont fait rééditer ce récit. Nous pouvons y voir la description de cette maison. Celle-ci avait subi de nombreuses modifications dues à une route, aux Romains, et à la vente des champs, ceux ci n’étant plus exploités. Elle comprenait trois pièces : une chambre pour chacun, une pièce qui sera l’atelier et une petite cuisine. La pièce de Marie devint un endroit de prière et de colloque quotidien avec le ciel pour la préparer à la grande mission que le ciel allait lui donner. C’est dans cette pièce qu’aura lieu le plus grand mystère de notre Foi : le Mystère de l’Incarnation: le Mystère d’un Dieu fait homme pour sauver ses créatures les hommes. Les murs de cette maison sont comme imprégnés de la présence divine de l’Esprit Saint puis de Jésus. Saint Joseph demandera l’autorisation à Marie de venir dans sa pièce se recueillir avec elle. Tous deux aimaient infiniment ce lieu : « La très Sainte Vierge à cause de sa dévotion pour la pièce où s’était opéré le grand Mystère de l’Incarnation du Verbe Divin, et notre Joseph parce qu’il avait expérimenté en ce lieu des grâces particulières et des faveurs sublimes de la part de la libéralité de son Dieu », explique sœur Maria Cecilia.

Cette maison, qui appartenait à Sainte Anne et Saint Joachim, est le lieu de sa naissance, de sa toute première éducation, puis du salut de l’ange, de la conception du sauveur du Monde, là ou elle l’allaita de son précieux lait, du lieu où Il vécut sa vie temporelle et enfin là où mourut pieusement Saint Joseph.

Mais ce n’est pas tout : ce lieu sacré, digne de dévotion, a continué à vivre après la Sainte famille. Après la mort du Christ, la Vierge étant partie chez Saint Jean, les Apôtres ont recherché un endroit digne et saint pour exercer leur puissance sacerdotale. Quel lieu plus digne et saint que celui de cette humble maison ? Ainsi elle devint la première église du monde. Les Apôtres y célébreront leur première messe sous le regard de la Vierge Marie. Elle deviendra un lieu de rassemblement quotidien autour du saint mystère de l’Eucharistie et un centre de dévotion des fidèles.

Translation de la sainte maison
Le Ciel ne voulut pas voir ce saint lieu souillé lors de l’invasion de l’Asie par les Sarrasins au XIIIè siècle. Notre Sainte Mère obtint de Dieu qu’elle fût transportée miraculeusement à l’abri, en Dalmatie. Cependant elle ne devait rester que quatre ans en ce nouveau lieu, la foi s’étant considérablement appauvrie dans la contrée. La maison fut de nouveau transportée en Italie, sur une petite colline appartenant à une dame dénommée Lorete, d’où le nom qu’on lui donne encore aujourd’hui : la Maison de Lorette. Elle changera encore de lieu deux fois, mais cette fois pour de courtes distances et dans la même contrée.
Il faut s’imaginer la stupéfaction des habitants du lieu qui virent une maison arriver du jour au lendemain et qui de plus n’était pas neuve. Aussi l’évêque du diocèse du lieu fut averti, mais ne pouvant se rendre sur place, étant souffrant, il se mit en prière. Il reçut un songe de la Vierge elle-même, qui lui révéla l’authenticité de cette maison, les faits merveilleux qui s’y produisirent et la sainte dévotion que l’on peut de ce fait lui rendre.

Depuis de nombreux papes et saints et personnalités s’y sont rendus en pèlerinage.

Que Marie qui défait les nœuds  nous permette de toujours mettre Dieu au centre de nos vies, que nos maisons soient dignes de l’accueillir et de partager cette joie de l’Évangile, que nos foyers soient aussi riches de joies et d’émotions.

L.du Jonchay

Pour en savoir plus :
Père Chérubin de Sainte Marie Ruffé. a href= »https://books.google.fr/books?id=ftKZAT97meoC&pg=PP17&lpg=PP17&dq=cherubin+de+sainte+marie+ruff%C3%A9&source=bl&ots=-mHA4jSZ36&sig=ACfU3U2hUxKApmG2v0hS-mHzAGibgvYzFQ&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwj_zMHog6nmAhWnxoUKHRiOBhoQ6AEwAHoECAcQAQ#v=onepage&q=cherubin%20de%20sainte%20marie%20ruff%C3%A9&f=false »>La maison de la Sainte Vierge à Lorette
Soeur Maria Cecilia Baij. La Vie de saint Joseph. Tequi, 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.