La neuvaine à « Marie qui défait les nœuds » est priée une fois par mois pendant neuf mois consécutifs dans l’église de San Lorenzo in Piscibus, à Rome, au Vatican. Cette prière est dirigée par Monseigneur Guido Marini, maître des célébrations liturgiques pontificales. Cette initiative, émanant d’un groupe de jeunes , est un véritable succès : elle permet de réunir de nombreux jeunes, célibataires et couples, venus de tous les coins de Rome.

Une initiative d’évangélisation
« L’idée de la neuvaine, c’est un ami qui l’a eue avec un groupe de garçons et de filles qui se sont réunis pour animer la prière, » explique Fabrizio, un jeune du Centre San Lorenzo.  «  C’est la troisième année que nous le faisons et c’est un moment intense qui rassemble des jeunes venant de plusieurs paroisses, signe que les problèmes qui touchent les jeunes sont nombreux et que la foi les aide à les surmonter et à grandir ensemble. La neuvaine à Marie qui défait les nœuds est aussi une manière d’évangéliser son prochain et » -poursuit Fabrizio- « c’est une prière puissante et remarquable., surtout parce qu’elle vise à résoudre des problèmes très intimes du cœur. Avec l’aide de Notre Dame, la grâce de Dieu et la coopération personnelle des priants, les bienfaits que nous recevons sont nombreux. »

Un endroit choisi pour la prière
L’église s’appelle San Lorenzo in Piscibus, appartient au Vatican, et est à deux pas de la Place Saint Pierre. C’est un ancien lieu de culte du VIe siècle dédié à Saint Laurent le martyr qui, lors des invasions barbares, distribua les biens de l’Église aux pauvres afin qu’ils ne tombent pas entre les mains des païens. En 1983, l’église est devenue le siège du Centre International de la Jeunesse de San Lorenzo, selon le désir du pape Jean-Paul II . Elle fut confiée à la Communauté de l’Emmanuel. À partir de ce moment-là, cette église, entourée sur trois côtés par un bâtiment appartenant au Vatican, est devenue un point de rencontre pour les jeunes engagés dans diverses activités d’évangélisation.

Un guide sûr : Monseigneur Marini
Monseigneur Guido Marini est celui qui mène toujours la prière et les réflexions. Dès le début, ce prélat d’honneur de Sa Sainteté, a introduit les jeunes dans une atmosphère dévote et recueillie, animée par des chants liturgiques discrets et traditionnels, comme le Regina Coeli, dans la joie de la rencontre avec Jésus par l’intercession de la Vierge Marie. Au début de la prière, chacun met une ficelle avec des nœuds dans un panier au pied du tableau de Marie pour représenter les problèmes de sa vie, les demandes intimes et personnelles confiées à la mère de Dieu. La récitation du Rosaire commence alors, avec les méditations du prêtre.

Confier sa vie à Marie
« Prier Marie avec les jeunes est très important » nous dit Fabrizio, « parce que dans ce monde de plus en plus hostile à la foi et à Dieu, nous avons besoin de son aide pour être guidés par celle qui, la première, a aimé et adoré son fils Jésus. Elle a accueilli la volonté du Père parfaitement. Elle est la Mère qui est toujours proche de ceux qui se tournent vers elle avec confiance, mais aussi de ceux qui ne l’aiment pas du tout. En Marie, beaucoup de jeunes trouvent leur très fidèle compagnon, une protection, un chemin sûr pendant ce pèlerinage terrestre. Tout comme cela a été pour moi depuis mon enfance. »

Daniele Sebastianelli, 4 mai 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *