Les tentations du diable sont des instruments dans les mains de Dieu pour raffermir les êtres humains dans leur raison et volonté. L’humanité divine de Jésus a été tenté puisqu’il avait choisi de faire expérience de toute chose humaine. Notre Dame lui était unie spirituellement durant ses tentations et nous secourt de la même manière, en défaisant ce que le diable noue comme pièges dans nos vies.

La tentation de Jésus était nécessaire
On pourrait se demander pourquoi la seconde personne de la très sainte Trinité avait besoin de faire l’expérience de la tentation. Dieu ne peut pas être tenté, alors pourquoi est-ce que Jésus l’aurait été ? Clairement, ce n’est pas sa divinité qui fut tenté – le diable n’aurait pas trouvé en lui la moindre faille. Mais c’est sa divine humanité qui le fut. Il fut « éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché », comme dit St. Paul dans la lettre aux Hébreux (Heb. 4 : 15). Il a donc dû vivre des tentations dans sa chair.
Dans l’un de ses commentaires des psaumes, St. Augustin dit que le Christ « aurait pu empêcher l’esprit malin de s’approcher de lui ; mais s’il n’avait pas été tenté, il n’aurait pu t’apprendre à le suivre dans le chemin de la victoire ». Ceci est vrai, mais peut ne pas être suffisamment apprécié. Jésus qui était sans péchés a dû passer à travers la tentation pour devenir un avec l’humanité pécheresse. S’il n’avait pas été tenté, il n’aurait pas pu nous montrer à quoi ressemble la victoire sur les tentations.

Notre croissance spirituelle pendant le Carême

C’est une vérité théologique que tous les êtres libres (les anges et les hommes) doivent passer par une épreuve de leur raison et volonté pour grandir spirituellement. A cause de cette tentation qu’il a surmonté dans le désert, Jésus, déjà parfait, a grandi dans son humanité. Nous, par contre, n’avons pas sa parfaite vertu. Mais à travers nos tentations, nous laissons derrière nous notre faiblesse pour devenir forts, si nous les considérons comme des occasions de grandir spirituellement et en répondant au diable en imitant le Christ.
Pour cette raison la saison du Carême est un bon moment pour faire pénitence. C’est un temps de se mettre à l’épreuve en faisant un effort pour grandir spirituellement. L’Eglise nous conseille la prière, l’aumône et le jeûne comme moyens pour « exercer » nos facultés spirituelles.
Pourtant, les tentations ont aussi un rôle important à jouer dans notre progrès spirituel. Nous pourrions dire – comme pour le Christ – qu’il est nécessaire pour chacun de nous de traverser des tentations pour grandir en esprit.

Les tentations de la Vierge Marie
Marie sans péché a-t-elle fait l’expérience de la tentation ? Il est impossible que cela n’ait pas été le cas. Puisque le Christ a été tenté et que la Sainte Vierge fait partie de la famille humaine, elle n’a sûrement pas été exempte de tentations, même si l’Ecriture ne nous donne pas de lumières là-dessus.
Nous pouvons nous imaginer Marie s’unissant à son Fils pendant ces quarante jours et nuits au désert. A-t-elle aussi jeûné ? A-t-elle fait expérience de tentations aussi intenses pendant cette période ? Nous ne pouvons que spéculer là-dessus, mais l’union spirituelle entre la Mère immaculée et son Fils aurait très bien pu s’exprimer ainsi.
Ce qui est certain c’est que la vie spirituelle de la Vierge Marie était en parfait ordre et que ses prières ont assisté l’humanité sacrée de Jésus dans sa mission de Rédempteur. Ainsi, elle nous aide aussi dans nos missions.

Le rôle de la Vierge Marie dans nos tentations

Nous ne devons jamais demander à Dieu de nous envoyer des tentations et des épreuves, bien sûr, mais elles vont forcément se présenter à quiconque qui vit une vie chrétienne. Les chrétiens sont la cible du diable ; sans crainte, nous devons nous préparer pour le combat spirituel que sa malveillance nous dresse.
La Sainte Vierge fut sans péché, mais elle connaissait la tentation. Elle peut nous aider à surmonter les nôtres d’une manière très concrète et pas seulement pendant le Carême. Nous devrions lui demander son secours pour gagner la victoire sur nous-mêmes. De cette manière, Marie qui défait les nœuds dénoue le pouvoir du mal dans nos vies.

Nous devons lui demander en premier lieu de nous montrer quelles sont nos tentations. Car quelquefois nous ne nous rendons pas suffisamment compte que nous sommes tentés dans certains domaines où nous sommes particulièrement faibles. Nous les voyons faussement comme une force ou les négligeons comme étant sans importance ; mais nous devons en devenir conscients si nous voulons grandir dans la vie spirituelle. Demandons à la Vierge Marie de nous donner une connaissance claire de nos faiblesses et tentations.
Demandons également à Marie qui défait les nœuds de nous obtenir la grâce de résister à ces tentations pendant que nous sommes à l’épreuve. Les tentations du Christ ont duré quarante jours. Heureusement que les nôtres ne se prolongent pas autant ! Quoiqu’il en soit, Notre Dame obtient pour nous à travers ses prières les grâces de persévérance et fidélité.

Avec Marie nous devons enfin rendre grâce à Dieu pour notre vie spirituelle qui grandit avec l’aide de sa grâce et notre coopération. Marie a exprimé merveilleusement cette gratitude intérieure dans son Magnificat : « Mon âme exalte le Seigneur » (Lk 1 : 47).

Peter Darcy
Source iconographique: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ary_Scheffer_-_The_Temptation_of_Christ_(1854).jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *