Le fait d’honorer la Maternité divine de Marie a permis de développer différents types iconographiques liés à la Nativité. Si certaines représentations sont animées d’un désir de représenter la réalité concrète de ce qu’a vécu la Sainte famille, en privilégiant l’aspect réaliste de cet épisode de la Nativité de Jésus, d’autres représentations se soucient moins de donner une image de la réalité que de conférer aux images une dimension symbolique, voire théologique.

L’allaitement de l’Enfant Jésus par Marie
Le thème iconographique de la Vierge allaitant est une des variantes des représentations de la Vierge à l’Enfant.
L’allaitement du Christ par la Vierge Marie, Mère de Dieu, a permis de faire naître toute une tradition de dévotion autour de cet épisode de la vie de Jésus. De nombreux théologiens et artistes ont voulu rendre hommage à Celle qui a nourri le Sauveur du monde, en rendant hommage à la dimension particulière de ce processus biologique, lorsqu’il s’applique à la Vierge Marie et au Christ.

St Ephrem de Syrie (IVès) dans l’une de ses prières célèbre « la beauté merveilleuse de la Mère bien-aimée [de Jésus] . La Vierge a enfanté son Fils en conservant sa virginité, elle a allaité Celui qui nourrit les nations, dans son sein immaculé elle a porté Celui qui porte l’univers dans sa main.
Dans l’une de ses méditations, il fait parler la vierge Marie: « Comment puis-je donner le lait à toi, la fontaine du lait ; et comment puis-je donner la nourriture à toi qui nourris l’univers de ta table? Je ne sais comment t’appeler, source et origine de la vie «.

Romanos le Mélode (VIès), reprenant ce thème, fait également parler la Vierge dans son Hymne à la Nativité :
« Dis-moi, mon enfant, comment as-tu été semé, as-tu été formé en moi ? Je te vois, ô ma chair, avec stupeur, car mon sein est plein de lait et je n’ai pas eu d’époux ; je te vois dans les langes, et voici que le sceau de ma virginité est toujours intact : car c’est toi qui l’as gardé quand tu as daigné venir au monde, mon petit enfant, Dieu d’avant les siècles «

Le mystère de la maternité divine de Marie se trouve donc approfondi par une méditation sur cet allaitement, qui n’est pas seulement limité au seul processus biologique. Marie est mère de Dieu, non seulement parce qu’elle a engendré et mis au monde Jésus, mais également parce qu’elle l’a nourri et l’a accompagné toute sa vie, jusqu’à la croix et au-delà.
C’est ainsi que l’allaitement du Christ par la Vierge a permis de nombreuses méditations sur le « Saint lait » ayant permis de nourrir le tout jeune Enfant Jésus.

L’iconographie de la Vierge allaitant
Toute une iconographie s’est développée autour de la Vierge allaitant l’Enfant Jésus. La plus ancienne représentation de cette scène date du Iles. : on la trouve dans les Catacombes de Sainte Priscille à Rome. Elle représente la Vierge Marie allaitant Jésus et le prophète Balaam. Ce double allaitement de Jésus et de Balaam montre bien que dès les plus anciennes représentations, l’allaitement n’est pas considéré comme un simple geste maternel lié aux circonstances de la naissance, mais qu’il fait déjà l’objet d’une interprétation allégorique.
Les œuvres d’art qui représentent la Vierge Marie allaitant vont se développer au fil des siècles, et notamment à partir du XIVès. Selon les traditions, les époques et les pays, la Vierge allaitant est nommée ‘Panagia galaktotrophousa’ en Orient ( à partir du VIe-VIIe). En Occident, on l’appellera ‘ Madonna Lactans’ en latin, ‘Madonna del latte’ en italien, ‘Vierge au lait’ en français, etc.

Selon les époques, les sensibilités et les pays, la Vierge allaitant sera représentée de façon plus ou moins réaliste, dans une relation plus ou moins intime avec l’Enfant (importance notamment du regard), et dans différentes positions (allongée, assise, voire debout).
Le thème de la Vierge allaitant remplit également une fonction théologique : en montrant l’Enfant Jésus sous les traits d’un petit d’homme, soumis aux besoins naturels de tout bébé, on peut ainsi réaffirmer, en creux, la double nature du Christ : à la fois humaine et divine. L’Enfant Jésus, comme tout nourrisson, a éprouvé la faim et la soif dès sa naissance. L’Enfant est lui-même très rarement représenté comme un nourrisson, mais il a presque toujours un visage d’adulte. On le représente parfois nu, dans le même souci de réaffirmer la pleine humanité de la nature du Christ.

La ‘ Madonna Litta ‘
Le tableau de la ‘Madonna Litta’ (1490) , conçu par Léonard de Vinci et exécuté sans doute par Giovanni Antonio Boltraffio ou Marco d’Oggiono, est emblématique de la représentation de la Vierge allaitant à la fin du XVè et au début du XVIès. La Vierge Marie, vêtue à la mode de la Renaissance italienne, allaite l’Enfant Jésus, qui, lui, est entièrement nu. L’enfant tête, il tient d’une main le sein, de l’autre un chardonneret captif, symbole de la Passion. Le regard qu’il pose sur chacun de nous nous invite donc à contempler dans cette scène pleine de charme et de douceur la préfiguration du sacrifice du Christ pour sauver l’ensemble de l’humanité du péché.

La Vierge Marie, nourrice du monde entier
Dans un contexte allégorique, on représente également la Vierge Marie, mère de Dieu et mère des hommes, allaitant le monde entier. La représentation de la Vierge Marie allaitant Jésus et le prophète Balaam dans les catacombes de sainte Priscille à Rome développe déjà ce thème. On connait d’autre part le fameux miracle de la Lactation de st Bernard : ce dernier, après qu’il eut demandé à la Vierge Marie : « Monstra te matrem », reçut quelques gouttes du lait qui avait nourri Jésus. Ce thème de la Vierge Marie, fontaine de grâce, offrant à chaque personne le lait de sa tendresse, sera largement illustré par les peintres et les graveurs.

Isabelle Rolland

Source iconographique : https://fr.wikipedia.org/wiki/Madone_Litta#/media/Fichier:Leonardo_da_Vinci_attributed_-_Madonna_Litta.jpg

Pour en savoir plus :

Sur l’Hymne de la Nativité de Romanos le mélode

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.