La vérité ! Celle-ci peut sembler un concept bien abstrait pour certains. Et que dire alors de la vérité entière ? Mais avec la Vierge Marie l’abstrait prend un sens très concret pour notre vie, car elle nous donne l’Esprit Saint.

Quelle est la mission de l’Esprit-Saint ?

Dans son discours d’adieu dans le cénacle, Jésus explique à ses disciples avec insistance l’envoi et la mission de l’Esprit-Saint. Il est écrit : « Quand le Consolateur, l’Esprit de vérité, sera venu, il vous guidera dans toute la vérité » (Jn 16,13).

L’expression de la « vérité entière » ne revient dans le nouveau testament qu’une fois encore, c’est-à-dire dans l’histoire de la femme perdant du sang, racontée par Marc.

La guérison de l’hémorroïsse   ( Marc 5, 25-34)

Une femme, grièvement malade depuis 12 ans et ayant cherché en vain à se faire guérir par les médecins, prend tout son courage en main, comme nous dit l’évangéliste, se faufile dans la foule qui entoure Jésus, s’approche de lui, touche son vêtement par derrière et est immédiatement guérie.

On pourrait tout simplement s’exclamer qu’il est magnifique que la femme soit guérie et l’histoire pourrait se terminer ainsi. Mais en réalité elle se poursuit. Car Jésus veut savoir qui l’a touché. Et l’évangéliste écrit à la suite ces phrases touchantes : « Et la femme, saisie de crainte et tremblante, sachant ce qui s’était passé en elle, vint se jeter à ses pieds, et lui dit toute la vérité. » Mais Jésus lui dit : « Ma fille, ta foi t’a guérie ; va en paix, et sois guérie de ton infirmité » (Mc 5 :33-34).

Celui qui vient à la rencontre du Seigneur – voici le message émouvant de cette histoire – peut lui faire confiance. Car le Christ n’est pas un magicien, ni un mage, mais le Seigneur, qui connaît toute la vérité de notre vie et veut que nous ayons le courage de lui montrer cette vérité, pour qu’il puisse faire de notre histoire une histoire sainte.

Après le départ du Seigneur, après l’Ascension – comme Jésus l’explique à ses disciples – la mission du Saint-Esprit est de nous faire entrer pleinement dans la vérité. Et qui voudrait nier que le domaine où cette vérité s’est progressivement obscurcie est le domaine de la vie elle-même ? Car l’une des aberrations et menaces de la modernité est de penser que toute vie peut être produite, manipulée, achetée. Mais l’Esprit-Saint nous rappelle clairement et sans équivoque que la vie est toujours et inconditionnellement un cadeau : imméritée, merveilleuse, et inconcevable.

Marie, épouse du Saint-Esprit

Puisque Marie est depuis toujours l’épouse du Saint-Esprit, elle l’assistera d’une manière exceptionnelle, pour que se révèle à l’homme pas à pas toute la vérité de la vie, justement là où l’homme a du mal ou refuse d’accepter cette vérité ou de la laisser s’approcher de lui.

Cela est d’autant plus beau que l’image de Marie qui défait les nœuds – ce qui pourrait étonner certains – est liée à la Pentecôte et est aussi une image de l’Esprit Saint. Ce n’est donc pas par hasard que l’artiste a placé l’Esprit Saint sous forme de colombe juste au-dessus de la raie de la Mère de Dieu.

Cet Esprit, la Vierge Marie ne le garde pas pour elle-même, mais elle le donne immédiatement – car voilà le sens de ce jeu divin –à ceux qui en ont le plus besoin, par exemple à ces hommes dont la vie même est peut-être depuis longtemps malade, obscurcie, ligotée, mais qui, en se confiant à « Marie qui défait les nœuds » , « l‘épouse de l’Esprit Saint », vont de nouveau pouvoir faire l’expérience de la force, de la beauté et de la vérité de la vie.

« Marie qui défait les nœuds » et épouse de l’Esprit-Saint, priez pour nous !

8 mai 2018

Manfred M. Müller, prêtre, Vienne en Autriche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La guérison de l’hémorroïsse. Catacombes saint Marcellin et saint Pierre, Rome

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *