“Où sont les clefs de la voiture ? » Nous invoquons souvent St. Antoine dans des moments de difficultés mineures (voire même majeures). Le saint de Padoue est renommé et invoqué pour retrouver tout ce qui a été perdu – surtout des objets. L’article évoque la vie du saint docteur, sa grande dévotion mariale et sa contribution à l’histoire des dogmes concernant la Vierge marie

En dépit de son titre « de Padoue », St Antoine qui avait été nommé Fernando Marins de Bulhões à son baptême, est né à Lisbonne au Portugal. Issu d’une famille noble et riche en 1195, il entra chez les chanoines réguliers de St. Augustin de l’ordre de la Sainte Croix dans l’Abbaye St. Vincent aux alentours de Lisbonne. Mais la vie confortable des Chanoines- en dépit de l’excellente formation qu’il avait reçue chez eux – le laissa insatisfait et l’inspira à de suivre l’exemple d’une poignée de Franciscains qu’il rencontra pendant un voyage à Coimbra en Espagne. Il fut enthousiasmé immédiatement par leur manière de vivre si simple et évangélique et les suivit pour prêcher aux Musulmans au Maroc.

Mais St. Antoine est bien plus qu’une bonne astuce pour retrouver les bigoudis de Bonne-Maman. Il est connu comme docteur évangélique, comme un saint qui a fait fait des miracles et finalement – ce que l’on sait moins bien de ce doux franciscain – comme « marteau des hérétiques ».

Sans pareil dans son érudition et ses talents rhétoriques, St. Antoine cherchait à discuter avec tout incroyant ou hérétique qu’il rencontrait. D’innombrables histoires décrivent son zèle dans ses sermons que l’on peut seulement comparer aux prophètes anciens.
La ville de Rimini en Italie était comme la gueule du loup à cause de son manque de foi et était un foyer d’hérésie sur la péninsule. Courageusement Antoine s’y rendit et y prêcha. Alors que les gens faisaient la sourde oreille et se moquaient de lui, il alla à la plage et avec un geste dramatique convoqua les animaux de la mer en disant aux spectateurs : « puisque vous êtes indignes de recevoir la parole de Dieu, voyez, je vais m’adresser aux poissons pour que votre incrédulité apparaisse plus clairement. » Un large banc de poissons s’approcha, sauta de l’eau et resta sur la terre pour écouter son sermon. A la fin du prêche, le saint bénit les animaux marins, qui retournèrent dans l’eau. Pendant ce temps, les spectateurs étaient si émerveillés que beaucoup se hâtèrent de retourner en ville pour implorer leurs amis de venir et voir le miracle, pendant que d’autres éclatèrent en sanglots et demandèrent pardon.

Une autre anecdote décrit la rencontre que st Antoine fit avec un hérétique qui niait la présence réelle de l’eucharistie. St. Antoine rencontra un jour cet homme, qui se moqua de lui en disant qu’il ne croirait à l’Eucharistie que si son âne s’inclinait en adoration. St. Antoine répondit au défi et chargea l’homme de ne pas nourrir son âne pendant trois jours. Le troisième jour, St. Antoine retrouva l’homme et son âne. L’homme se tint d’un côté de l’étable avec un bol d’avoine pendant que St. Antoine se mit de l’autre coté en tenant l’Eucharistie. Bien que l’âne fût affamé, il alla immédiatement vers l’Eucharistie et s’inclina devant celle-ci avec révérence.
D’innombrables histoires comme celle-ci montrent avec quelle conviction, mais aussi avec quelle simplicité le saint fit avancer le royaume de Dieu à travers ses sermons et ses actions. Son zèle, ses talents rhétoriques et les conversions considérables qu’il initia, firent de lui une « arme » parfaite contre les fausses doctrines et la superstition.
Sa grande sainteté et sa réputation firent que St. Antoine fut le saint canonisé le plus vite dans l’histoire de l’Eglise Catholique, c’est-à-dire seulement onze mois après sa mort!

St. Antoine et la Vierge Marie
St. Antoine reçu le titre de « Doctor Evangelicus » et fut proclamé docteur de l’Eglise par Pie XII. Deux œuvres lui sont attribuées : l’‘Opus Dominicale’ et l’‘Opus Festivale’, qui contiennent respectivement ses sermons pour le dimanche et pour les jours de fêtes.
Dans ses œuvres il parle souvent de la Vierge Marie.

Un élément décisif de sa dévotion mariale était sa conviction que Marie était l’Immaculée Conception : « Le Dieu engendré quand il fut conçu pris chair de la Vierge et quand il fut né, il préserva l’intégrité de sa mère. » Sur la question du péché et de la Vierge Marie, il aimait citer St. Augustin qui dit : « Où il s’agit d’une question de péché, excluez la Sainte Vierge. » Et le saint ajouta : « De la confession universelle du péché, Marie doit être exclue car elle était ‘pleine de grâce’. » Elle était « pure », « exempte du péché » et « pleine de grâce » de la manière la plus parfaite.
Cette opinion, qui était commune parmi les frères Franciscains, fut transmise au fameux théologien Franciscain, le bienheureux Jean Duns Scot (1266-1308), et fut cité dans la constitution apostolique ‘Ineffabilis Deus’ de Pie IX, dans laquelle le Pape proclama le dogme de l’Immaculée Conception.

O chérubins, séraphins, anges et archanges ! Détournez votre regard, inclinez vos têtes et adorez avec révérence le temple du Fils de Dieu, le sanctuaire de l’Esprit Saint, le sein béni entouré de lys » proclamait St. Antoine en émerveillement devant la Mère de Dieu.
Non seulement son Immaculée Conception, mais aussi sa Virginité perpétuelle, sa Maternité divine et son Assomption étaient profondément enracinés dans la foi de ce saint Franciscain.
On peut comprendre ainsi les raisons pour lesquelles il entonna son hymne mariale favorite pendant son agonie : « O gloriosa Domina »….

O glorieuse Dame,
plus élevée que les astres,
celui qui t’a crée et prédestinée,
tu l’as nourri de ton sein sacré.

Ce que le funeste Ève nous a ravi,
tu nous le rends par ton fruit bienfaisant ;
pour introduire au ciel ceux qui pleurent,
dans ta bonté tu aplanis le sentir.

Tu es la porte du roi très haut,
le seuil étincelant de la lumière ;
peuples rachetés,
acclamez la vie donnée par la Vierge.

Gloire au Père, au Consolateur
et à ton Fils,
qui t’ont enveloppée du vêtement
admirable de la grâce
Amen

Marie, qui défaites les nœuds, veuillez s’il vous plaît dénouer les nœuds d’incrédulité, de fausses croyances et d’hérésies qui tourmentent notre monde. Que la lumière de la vérité entre dans nos âmes !

Jan Bentz, Ph.D.
voir aussi: Paul SPILSBURY, Saint Anthony of Padua – His Life and Writings

Source iconographique: https://en.wikipedia.org/wiki/File:Victor_Wolfvoet_II_-_St._Anthony_of_Padua_Preaching_to_the_Fish.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *