Le Salve Regina est une antienne mariale, dont on ne connaît pas avec certitude l’auteur : certains pensent qu’il s’agit d’ Herman de Reichenau (IXème siècle), d’autres d’Adhémar de Monteil, évêque du Puy (Xième), d’autres encore de Pierre de Monsoro, évêque de Compostelle . L’auteur de cet article attribue la paternité du Salve Regina au bienheureux Herman Contractus, alias Herman de Reichenau, et propose un commentaire sur le Salve Regina.

Dans la prière du Salve Regina, on invoque ainsi Marie : « Enfants d’Eve, nous crions vers vous… gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes ». En méditant avec Marie qui défait les nœuds  cette belle antienne mariale, nous pouvons entrevoir comment les nœuds de notre vie sont dénoués.

« Salut, ô Reine, Mère de miséricorde, notre vie, notre espérance, salut !
Enfants d’Ève exilés, nous crions vers vous ;
Vers vous nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Ô vous notre avocate, tournez vers nous vos yeux compatissants.
Et, après cet exil, faites-nous voir Jésus, le fruit béni de vos entrailles.
Ô clémente, ô pieuse, ô douce Vierge Marie ! Amen.”

Bien plus qu’une métaphore – la vallée de larmes est réelle
Le bienheureux Hermanus Contractus a capté dans ces fameuses lignes du Salve Regina notre combat contre ces nœuds et la façon dont ils tirent sur nous sans cesse.

Nous sommes des enfants d’Eve, aimés par Dieu, mais exilés à cause de nos péchés et conduits dans une vallée de larmes. Dans notre détresse, nous crions vers Marie, afin qu’elle nous regarde avec compassion.

Enfants d’Ève, de cette terre d’exil nous crions vers vous … gémissant et pleurant dans cette vallée
de larmes.

Quelle image éloquente que cette vallée de larmes ! Le chemin étroit sur lequel nous marchons, où nous nous sentons si petits et vulnérables – vers vous nous soupirons – est empiété par des collines hautes autour de nous. Pour Contractus, cette image était plus qu’une métaphore : c’était un endroit bien réel, marqué par la tragédie d’une mère dans le Sud de l’Allemagne.

Contractus est née sévèrement estropié à Altshausen en Allemagne en 1013. Supportant une infirmité qui le paralysait en partie et lui causait beaucoup de douleur, il avait une intelligence vive et était un fervent catholique. Il devint moine chez les Bénédictins à l’âge de 20 ans et fut béatifié en 1863.Pendant une visite d’un monastère de moniales à Buchau, Contractus apprit l’histoire d’Adelindis de Buchau. Son histoire devint le modèle pour cette vallée de larmes.

Une terrible tragédie – l’histoire d’une mère en deuil
Adelindis, née en 735, se maria et eut trois fils. Un jour, ses trois fils adultes partirent en voyage. En attendant leur retour, Adelindis rêva qu’ils avaient été assassinés en cours de route. Terriblement soucieuse, elle se mit à leur recherche. Quand elle trouva l’endroit qu’elle avait vu dans son rêve, elle découvrit les cadavres de ses trois fils…. Adelindis était seule, gémissant et pleurant dans ce val….

Étant une femme pieuse, Adelindis fit construire une chapelle sur l’endroit où ses enfants avaient été assassinés. Plus tard, un couvent y fut bâti. Deux siècles plus tard, le bienheureux Contractus, déjà presque aveugle et âgé, visita ce couvent . L’histoire d’Adelindis l’émut tellement qu’il l’enchâssa dans cette antienne, en se rappelant le lieu de la tragédie d’Adelindis et l’assimilant à notre condition humaine d’exilés : il l’appela « la vallée de larmes ».

Marie, nouvelle Eve, tint le corps de son fils précieux au pied de la Croix sur laquelle Il mourut pour nos péchés. Adelindis, fille d’Eve marquée par le péché originel, tint dans ses bras les cadavres de ses fils à l’endroit même où ils étaient morts à cause d’un crime insensé. Nous sommes appelés à imiter la sainteté de Marie ; pourtant dans cette vie nous nous trouvons dans la position d’Adelindis. Nous sommes exilés du jardin d’Éden et marchons sous le poids des péchés que nous avons commis. La Vierge, son Fils dans ses bras, est assise sur la hauteur d’une colline et nous regarde avec compassion et amour. Nous crions vers elle :

Ô vous, notre Avocate, tournez vers nous vos regards compatissants.

Qu’est-ce que cela veut dire pour nous ?
Quand nous demandons à notre Mère de défaire un nœud dans notre vie, que lui demandons -nous vraiment ?
Nous lui demandons de nous aider à surmonter le prochain obstacle. D’en haut, elle voit non seulement où nous sommes, mais aussi où nous allons. Elle ne peut nous y amener elle-même, mais elle peut nous montrer le chemin si nous le lui demandons.
Chaque fois qu’un nœud est défait, il y a un autre qui se révèle en-dessous. Donc quand nous marchons dans le val, nous allons rencontrer chaque fois un autre bloc ou une autre racine qui nous font trébucher et qu’il nous faut surmonter. C’est fatigant, c’est pénible, mais ce n’est pas un trébuchement absurde. Car avec chaque obstacle que nous surmontons, nous nous rapprochons de la fin de cette vallée, vers l’endroit où la Lumière brille dans toute sa gloire. Nous y sommes appelés. C’est notre destination, mais nous avons besoin d’aide pour y arriver.
Ainsi, nous demandons à notre Père de nous donner la force de persévérer et à Notre Mère de nous aider à traverser les difficultés de chaque jour. Et si nous sommes bienheureux à la fin de notre voyage, alors nous verrons devant nous le Fruit Béni des entrailles de Marie – Jésus – et nous serons finalement arrivés dans notre maison.

Et, après cet exil, obtenez-nous de contempler Jésus, le fruit béni de vos entrailles !

Marie, Notre Mère et notre avocate, vous qui êtes toujours clémente, miséricordieuse et douce, guidez nos pas dans cette vallée pour que nous ne trébuchions ni ne tombions plus, mais que nous puissions-nous lever et courir avec confiance vers votre Fils qui nous accueillera avec son amour infini. Marie qui défait les nœuds , intercédez pour nous, pour qu’il y ait toujours de la lumière sur notre route, afin que nous ne perdions jamais de vue la douceur et la joie qui nous attendent au-delà des soucis que nous portons chaque jour.

Christen Faith Bentz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *