Après le second article sur l’été, nous allons découvrir dans le cadre de notre tour d’horizon sur les saisons, l’automne qui est une saison agréable par la richesse de ses couleurs et la douceur de sa température, nous préparant doucement à la rigueur de l’hiver et au sommeil de la nature. L’automne a aussi un bel impact sur la vie de l’homme. Il permet à l’homme de se reposer des fortes chaleurs de l’été et d’apprécier le jeu des multiples couleurs, un repos des yeux et en même temps un ravissement dans la contemplation de la nature qui se meurt doucement pour entrer dans un repos hivernal.

L’automne et ses fruits
L’automne est une saison agréable par sa chaleur tempérée et par ses beaux jours remplis de luminosité discrète, mais bien présente avec des tons plus chauds aux couleurs variées et si riches pour la joie des yeux. C’est le commencement du déclin de la nature qui a tout donné ou presque en été, et qui continue à nous donner des fruits succulents et d’une grande richesse nutritive et dépurative tels que le raisin rouge et blanc, la pomme, la poire et la prune.

Ces quatre fruits sont excellents pour leurs nombreuses vertus. Tous les quatre luttent contre la fatigue et sont laxatifs, dépuratifs, diurétiques. Ils combattent l’anémie, le stress, le surmenage.
Le raisin, la pomme et le pruneau sont également efficaces contre le cholestérol et préviennent les maladies pléthoriques comme l’arthrite, l’obésité, les rhumatismes, les néphrites, l’urémie, la goutte.

Mais le raisin est certainement le plus actif des trois par sa puissance de désintoxication et de régénération de l’organisme. Faire une cure d’un mois de raisin rouge, comme le préconise le docteur Johanna Brandt, redonne à l’organisme une nouvelle vitalité et prévient des maladies graves comme le cancer, la thrombose, des risques d’embolie pulmonaire, des gastro-entérites chroniques etc… Le raisin est un excellent déchlorurant vous protégeant des néphrites, des rétentions azotées, de l’urémie et un excellent diurétique naturel.

La pomme est un fruit réhydratant et reconstituant, efficace dans la déficience pulmonaire, l’irritation stomacale et l’avitaminose A. Avant l’hiver, la pomme nettoie les voies respiratoires, la peau, les intestins et les voies biliaires. Elle est excellente dans la congestion hépatique et évite fermentations et putréfactions intestinales.

Le pruneau est riche en fibres. C’est un excellent coupe-faim. Il favorise la digestion et permet un excellent transit intestinal par sa richesse en magnésium. Ce fruit agit magnifiquement contre l’entérite, la colite, les fermentations intestinales, les ballonnements, les flatulences, le côlon irritable. Ce fruit est curatif dans les maladies rénales, hépatiques, de la vésicule biliaire. Mais il est contre-indiqué pour les personnes souffrant de diabète et de diarrhée chronique.

Parmi les autres fruits salutaires de l’automne, citons la framboise qui agit par son acide salicylique contre les rhumatismes, la goutte et toutes les intoxications. Antirhumatismale, diurétique et dépurative, elle néanmoins contre-indiquée pour les personnes souffrant de problèmes rénaux.

Le coing est efficace contre la diarrhée et la dysenterie et c’est un tonique de l’estomac et de l’intestin. Il se mange cuit.

La châtaigne est un hypocholestérolémiant agissant sur les maladies cardiovasculaires et le diabète de type II et il est riche en fer, en cuivre, en phosphore et en manganèse.

La noix est excellente contre la constipation, les vers intestinaux, le cholestérol, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type II, le cancer du côlon. Ses omégas 3 sont remarquables pour la mémoire et la concentration.

Si Dieu nous a donné ces fruits si merveilleux en automne, c’est parce qu’il sait que l’homme en a besoin pour se désintoxiquer de tous ses excès estivaux qui doivent être éliminés avant l’hiver pour ne pas surcharger le corps en graisse et en sucre avec les risques de maladies qu’ils produisent. Sachons alors vivre au rythme de nos saisons et manger les fruits et les légumes de saison car ils sont toujours appropriés à notre santé physique faisant notre joie de vivre. N’oublions pas que la santé corporelle entretient aussi la joie de l’esprit et la paix du cœur.

En conclusion, on peut dire que vivre dans la joie de savoir prendre dans la nature la richesse qu’elle nous donne est une assurance de bonne santé physique et spirituelle. Le danger moderne est de vouloir faire des cures excessives pour maigrir, se désintoxiquer rapidement et corriger les erreurs de notre gourmandise estivale. La vie a un rythme à respecter, alors prions Marie qui défait les nœuds  de nous aider à être sages et à faire des cures raisonnables en acceptant de prendre le temps d’éliminer les excès et surtout de penser à l’avenir à consommer selon nos besoins pour ne pas surcharger notre corps et ensuite le forcer à maigrir pour retrouver notre silhouette de jeunesse.

Père François ZANNINI

Pour retrouver les autres articles du père Zannini liés aux quatre saisons:
Le printemps
L’été

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *