Le Rosaire est une prière essentielle pour notre avancement spirituel. Elle est même, selon sainte Thérèse de Lisieux, docteur de l’Église, la prière préférée de Dieu . L’article explore les vertus spirituelles du Rosaire.

Le Rosaire, une prière qui plaît à Dieu et à la Vierge Marie
Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus de la Sainte-Face, que nous venons de fêter le 1er octobre dernier, écrivait ceci : « La vie est bien mystérieuse ! C’est un désert et un exil, mais au fond de l’âme … Il n’y a pas de prière qui soit plus agréable à Dieu que le Rosaire » … de jeter des fleurs, c’est-à-dire de ne laisser échapper aucun petit sacrifice, … Jésus … un sourire ou un mot gentil, quand je préférerais de beaucoup ne rien dire du tout  » . L’intuition de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus est confirmée par les demandes réitérées, lors des apparitions de la Vierge Marie, concernant cette prière.
D’autre part, la connaissance surnaturelle dont fut gratifié Dominique de Prusse au XVès confirme les paroles de sainte Thérèse de Lisieux.Vers 1429, en effet , Dominique de Prusse eut cette vision  : « La Vierge se tenait entourée de toute la Cour céleste. Celle-ci lui chantait le Rosaire, avec les clausules de Dominique le Chartreux. Au nom de Marie, tous inclinaient la tête ; à celui de Jésus, ils ployaient le genou ; enfin, ils terminaient le chant des clausules par un Alléluia. Tous rendaient à Dieu de grandes actions de grâce pour tous les fruits spirituels produits par cette récitation, et demandaient à Dieu d’accorder à ceux qui réciteraient ainsi le Rosaire la grâce d’un grand profit pour leur avancement intérieur. »

Le Rosaire, un chemin de contemplation
Dans l’exhortation apostolique ‘Marialis cultus’, le pape Paul VI explique la richesse spirituelle du Rosaire, qui comprend différents éléments importants. L’un d’eux est « la contemplation, en union avec Marie, d’une série de mystères du salut, sagement répartis en [trois] cycles, qui expriment la joie des temps messianiques, la douleur salvifique du Christ et la gloire du Ressuscité qui se répand sur l’Église ; contemplation qui, par nature, conduit à une réflexion pratique et entraîne de stimulantes règles de vie « 

Le Rosaire, un chemin de prière et de louange
Le Rosaire comprend la récitation du Notre Père, prière fondamentale, que Jésus nous a enseignée, qui nous ramène à notre origine, et nous permet de nous associer à la prière de Jésus, la prière même du Fils de Dieu.
D’autre part, le Rosaire est une louange à la Trinité. Le pape Paul VI en parle : » la doxologie Gloria Patri, [Gloire au Père…] conformément à une orientation de toute la piété chrétienne, vient conclure la prière par la glorification de Dieu, un et trine, de qui, par qui et pour qui sont toutes choses (cf. Rm 11, 36) ».

Le Rosaire, un chemin de sanctification
Le Rosaire est un chemin de conversion. Paul VI mentionne que
« la sainteté exemplaire de la Vierge Marie entraîne les fidèles à lever « leurs yeux vers Marie comme modèle des vertus qui rayonne sur toute la communauté des élus » [123]. Vertus solides, évangéliques : la foi et l’accueil docile de la Parole de Dieu (cf. Lc 1, 26-38 ; 1, 45 ; 11, 27-28 ; Jn 2, 5) ; l’obéissance généreuse (cf. Lc 1, 38) ; l’humilité sincère (cf. Lc 1, 48) ; la charité empressée (cf. Lc 1, 39-56) ; la sagesse réfléchie (cf. Lc 1, 29. 34 ; 2, 19. 33. 51) ; la piété envers Dieu, qui la rendit zélée dans l’accomplissement des devoirs religieux (cf. Lc 2, 21. 22-40. 41), reconnaissante pour les dons reçus (cf. Lc 1, 46-49), offrante dans le Temple (cf. Lc 2, 22-24), priante dans la communauté apostolique (cf. Ac 1, 12-14) ; la force d’âme dans l’exil (cf. Mt 2, 13-23), dans la douleur (cf. Lc 2, 34-35. 49 ; Jn 19, 25) ; la pauvreté pleine de dignité et de confiance en Dieu (cf. Lc 1, 48 ; 2, 24) ; la prévenance attentive envers son Fils, de l’humilité de la crèche à l’ignominie de la croix (cf. Lc 2, 1-7 ; Jn 19, 25-27) ; la délicatesse prévoyante (cf. Jn 2, 1-11) ; la pureté virginale (cf. Mt 1, 18-25 ; Lc 1, 21-38) ; l’amour conjugal fort et chaste. De ces vertus de la Mère s’orneront les fils qui, avec ténacité, regardent ses exemple pour les reproduire dans leur vie. Et une telle progression dans la vertu apparaîtra comme la conséquence et le fruit déjà venu à maturité de cette force pastorale qui se dégage du culte rendu à la Vierge.  »
Le pape Paul VI exhortait enfin les familles à réciter le Rosaire de façon quotidienne, dans le« sanctuaire domestique de l’Église » .

La demande du pape François pour le mois d’octobre 2018
En octobre, notre pape François a demandé de « prier le Rosaire chaque jour, pour que la Vierge Marie aide l’Église en ces temps de crise, et de prier l’Archange Saint Michel afin qu’il la défende des attaques du diable. Selon la tradition spirituelle, Michel est le chef des armées célestes et le protecteur de l’Église (Apocalypse 12, 7-9) « 

I.R.
Pour en savoir plus :

sur la prière du Notre Père :
https://www.paris.catholique.fr/la-priere-du-seigneur-notre-pere.html
sur l’exhortation apostolique Marialis cultus du pape Paul VI :
http://w2.vatican.va/content/paul-vi/fr/apost_exhortations/documents/hf_p-vi_exh_19740202_marialis-cultus.html
sur Dominique de Prusse et son rôle dans le développement du Rosaire :

Le Rosaire, une prière née de l’acédie d’un chartreux…

sur la demande du pape François de prier le Rosaire :

Campagne spéciale octobre : demande de prière du pape

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *