La Vierge Marie n’apparaît que tardivement dans les représentations de la descente de l’Esprit Saint, en Orient comme en Occident. L’Eglise affirme pourtant que Marie était présente lors de la Pentecôte, même si son nom n’est pas mentionné dans le texte qui restitue l’ événement. Bien plus, de cette certitude s’est développé une réflexion autour de la maternité spirituelle de Marie, Mère des Apôtres et Mère de l’Eglise (cf la fête de Marie Mère de l’Eglise, le Lundi de Pentecôte, instituée par notre pape François).
L’écriture de l’icône de la Pentecôte ou descente de l’Esprit Saint obéit à des canons qui ont pris forme et évolué au fil du temps, des influences, du développement de la théologie et de la sensibilité spirituelle des artistes. C’est donc peu à peu, au fil du temps, que la Vierge Marie trouve sa place au milieu des Apôtres. L’article propose une petite étude comparative de la façon dont la Vierge Marie est représentée dans quelques-unes des icônes de la Pentecôte qui sont issues de l’icône de la Pentecôte de l’école de Moscou, datant du XVès.


La Pentecôte, la réalisation d’une promesse et la naissance de l’Eglise

L’événement de la Pentecôte, ou descente du St Esprit, correspond à l’accomplissement de la promesse donnée par le Christ avant son Ascension : la venue du st Esprit (Jn 15-26; Lc, 24, 48-49). Il est rapporté dans les Actes des Apôtres au chapitre 2.
Ce texte nous rapporte la naissance et la mission de l’Eglise, quelques jours après l’Ascension du Christ : le mot église vient du grec ‘ekklésia‘, qui veut dire ‘assemblée’. D’autre part, c’est à partir de cette descente de l’Esprit Saint que les disciples deviennent ‘apôtres’, c’est-à dire envoyés en mission.
La représentation de cette assemblée d’apôtres rend donc compte de cette double dimension de l’Eglise : elle est à la fois un corps mystique, dont le Christ est la tête, et elle est appelée à témoigner de la Bonne nouvelle, de l’Evangile.

La Présence de Marie à la Pentecôte
La Vierge Marie n’est pas citée dans le texte qui concerne l’événement de la descente de l’Esprit Saint. La Vierge Marie était cependant bien présente, puisqu’on la cite juste avant dans les Actes (Actes 1, 14) . Elle a reçu une nouvelle effusion de l’Esprit Saint à la Pentecôte, lui permettant de réaliser sa mission. Sa mission consiste bien sûr à témoigner de Celui qu’elle connaît mieux que quiconque, puisqu’elle est la propre mère du Christ; mais elle consiste également à devenir pleinement Mère des Apôtres et Mère de l’Eglise. Cette mission maternelle, elle l’a reçue de son propre Fils, de la bouche même de Jésus en croix : c’est en effet au pied de la croix que prend source ce vocable de mère. Il est issu de l’une des dernières paroles du Christ en croix, destinée à st Jean : «Voici ta mère » (Jean 19, 27) ». Elle en reçoit la pleine mission lors de la Pentecôte.
La Vierge Marie, Mère des Apôtres est, en effet, Mère de l’Eglise tout entière. Elle peut également être appelée Reine des Apôtres. Comme le dit le saint pape Jean-Paul II dans son Audience générale du 6 septembre 1995 : « Parce qu’ils sont davantage tournés vers l’activité extérieure, les hommes ont besoin de l’aide des femmes afin d’être ramenés aux relations personnelles et de progresser vers l’union des cœurs. Marie assume de façon éminente cette mission de la femme.
Qui, mieux que Marie, encourage chez tous les croyants la persévérance dans la prière ? Qui, mieux qu’elle, peut promouvoir la concorde et l’amour ? Elle rappelle aux disciples le visage de Jésus. Marie assume de façon éminente cette mission de la femme (…) Dans ce contexte, le titre de « Mère » annonce l’attitude de sollicitude avec laquelle la Vierge suivra la vie de l’Église. C’est à elle que Marie ouvrira son cœur pour manifester les merveilles opérées en elle par le Dieu Tout-Puissant et Miséricordieux.
».

Les représentations de la descente de l’Esprit Saint
L’icône n’a pas seulement une valeur figurative (représenter l’événement). Elle est destinée à ouvrir notre intelligence et notre cœur aux réalités surnaturelles, en utilisant des symboles. Ainsi, par exemple, st Paul est représenté dans les icônes de la Pentecôte, alors qu’il ne fait pas partie des disciples, et qu’il n’était pas présent lors de l’événement. Il est ainsi représenté en tant qu’Apôtre des « Gentils « (Païens). Il en va de même pour st Marc et st Luc. Il s’agit donc de représenter ce que P.Evdokimov nomme le « ‘Collège apostolique’, qui inclut les « douze », les « soixante dix » et tout le corps de l’Eglise ». C’est donc à la fois un événement dans l’histoire de l’Eglise naissante, quelques jours après l’Ascension du Christ, et une représentation symbolique de l’Eglise que représentent ces icônes de la Descente de l’Esprit Saint.
D’autre part, la tradition iconographique laisse un vide au centre des Apôtres, entre Pierre et Paul: cette place vide représente le Christ, invisible mais présent, comme Il l’a annoncé par ces paroles : « je suis avec vous jusqu’à la fin du monde »(Mt, 28). Nous le voyons dans l’icône ci-dessous, qui date du XVe (école de Moscou). En outre, le vide central peut être interprété comme une figuration symbolique trinitaire. Il peut également figurer l’attente du retour du Christ dans la gloire.

La Vierge Marie dans les représentations de la Pentecôte
Dans l’histoire de cette représentation, la Vierge Marie n’apparaît que tardivement. En Occident, la Vierge apparaît dans cette icône à partir du XIIe siècle. Par contre, en Orient, cette représentation est plus tardive : il faut attendre le XVIIe siècle. La présence de la Vierge Marie à la Pentecôte a en effet longtemps été mise en doute (ce doute subsiste d’ailleurs encore dans certaines communautés orthodoxes).
A travers les représentations de la descente de l’Esprit Saint, la maternité spirituelle de Marie Mère des Apôtres et de l’Eglise prend peu à peu corps, au véritable sens du terme, par la façon dont les artistes vont peu à peu la représenter, au milieu des Apôtres.
En effet, la Vierge Marie, comme nous l’avons dit, n’est pas citée dans le texte qui concerne l’événement de la descente de l’Esprit Saint. C’est peut-être l’une des raisons de son absence dans les premières représentations de la Descente de l’Esprit Saint, en Orient comme en Occident, dans les icônes comme dans les enluminures. Or, selon la sensibilité spirituelle de chaque artiste, et à différentes époques, la place de la Vierge Marie dans les icônes de la Pentecôte va donc être différente.

Quelques exemples de la place de la Vierge Marie dans l’icône de la Pentecôte

L’icône de la Pentecôte du XVe, de l’école de Moscou, représente la Pentecôte sans la Vierge Marie. L’icône contemporaine de la Descente de l’Esprit Saint, réalisée par Alain Chenal, donne une place centrale à la Vierge Marie, entre Pierre et Paul. Il s’agit donc de mettre en valeur la maternité spirituelle de la Vierge Marie, Mère des Apôtres et de l’Eglise.

Enfin, l’iconographe Jean Duplan a réalisé une icône de la Pentecôte qui offre une place centrale à la Vierge Marie, tout en laissant le traditionnel espace vide au milieu des Apôtres. Voici ce qu’il écrit :
« Généralement la Toute Sainte est représentée assise au haut de la pyramide entre Pierre et Paul. Elle y occupe la place qui normalement devrait rester libre, la place du Christ. Cela échappe à une certaine tradition. Ce type d’Icône semble être lié aux écoles slaves des XVIè et XVIIè siècles. Personnellement je préfère écrire cette Icône en plaçant la « Toute Sainte » debout au centre de l’hémicycle, en laissant vide le haut de la pyramide. (…) La Mère du Rédempteur, ne peut et ne veut pas prendre la place de son Fils. »

La représentation ou non de la Vierge Marie, ainsi que la place qui lui est faite dans ces icônes de la Pentecôte révèle donc toute une pensée théologique et symbolique, inscrite au cœur de l’espace pictural, qui diffère selon la sensibilité spirituelle des artistes et conditionne leurs choix d’écriture de l’icône. Chaque icône peut ainsi rendre compte de l’une des facettes du mystère qu’elle souhaite représenter, c’est-à-dire, au vrai sens du terme, nous le rendre présent.

Isabelle Rolland

Pour en savoir plus :
Sur l’icône de la Pentecôte :
P.Evdokimov. « L’icône de la pentecôte », in : L’art de l’icône : théologie de la beauté (p.283-291). Paris : Desclée de Brouwer, 1972.
http://www.icones-grecques.com/textes/iconographie-orthodoxe/la-pentecote-et-son-icone.htm
http://iconesalain.free.fr/Presentations/83.Pentecote.Presentation.htm
http://jean.duplan.pagesperso-orange.fr/9.htm
Sur la présence maternelle de la Vierge Marie à la Pentecôte

La Vierge Marie à la Pentecôte: une présence maternelle

Un commentaire sur “La représentation de la Vierge Marie dans les icônes de la Pentecôte: quelques exemples”

  • Bonjour Isabelle,
    C.D. vient de m’envoyer votre très bel article sur les icônes de la Pentecôte. Je suis moi-même iconographe depuis plus de 20 ans; je donne quelques cours et je ne cesse d’écrire des icônes chaque jour. Je suis consacrée par des vœux privés dans un petit monastère de rite byzantin près de chez moi. (…)
    Je me suis inscrite sur le blog. Je crois que l’email de C. c’est un petit clin d’œil de Marie en cette fin du mois de mai. Que l’Esprit Saint soit sur vous, qu’il vous garde et vous fortifie et vous apporte la joie et la liberté des enfants de Dieu. Bien fraternellement. Andréa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *