En Septembre nous célébrons la naissance de Notre Dame. Tous les bons enfants ne se rappellent –ils pas de leur mère le jour de son anniversaire? Cette célébration spéciale dans le calendrier liturgique indique un élément fondamental du christianisme : notre espoir dans le salut éternel. La Sainte Vierge a donné naissance au Sauveur, mais Sa naissance à elle était la floraison de l’espoir divin pour le monde.

Des vérités fondamentales
Il n’y a pas de documents historiques ni de référence dans la Bible sur la naissance de la Vierge. Ce que nous savons sur sa Nativité vient surtout d’un ancien texte chrétien qui s’appelle l’évangile de Jacques et qui nous révèle entre outre les noms des parents de Marie (Joachim et Anne).
La naissance actuelle de Marie demeure un mystère. Mais l’imagination de l’Eglise si imprégnée de foi nous donne une vignette pieuse et une intuition de sa naissance qui contiennent bons nombres des vérités théologiques dont les suivantes :
1. Elle fut était conçue dans le sein de sa mère, St. Anne, sans la souillure du péché originel.
2. Ses parents l’ont dédiée à Dieu dès l’âge tendre (une tradition dit qu’elle a été élevée dans le Temple juif dès l’âge de trois ans).
3. Sa naissance eut lieu le 8 septembre.
Au cours des siècles, la date de sa naissance ainsi que la doctrine de l’Immaculée Conception de Marie s’est développée dans la tradition. Ce n’est pas une coïncidence que l’anniversaire de la Madone tombe neufs mois après la fête de l’Immaculée Conception. L’Eglise est “biologiquement correcte”, sinon plus !

L’espérance de notre espoir
Le divin Sauveur est l’espoir éternel de tout être humain jamais créé. Marie ne prend pas la place exaltée que le Christ seul occupe. Et elle ne voudrait d’ailleurs pas obscurcir l’autorité divine de celui-ci.
En même temps, l’Eglise reconnait l’origine humaine de notre Sauveur et le fait que Sa venue était préparée depuis la nuit des temps. Il est le seul être humain jamais né dont l’existence fut spécifiquement annoncée par les prophètes des siècles auparavant. Même Sa naissance de la part d’une vierge était prédite (Is 7 : 14) ; Marie était donc le canal à travers duquel toute la grâce rédemptrice se répandit sur l’humanité.
De même que la naissance de Jésus donnait l’espoir au monde, l’arrivée de Marie est l’espérance de notre espoir. Dès sa naissance, les anges se réjouirent de ce que le salut fût si proche. Les cieux et la terre gémirent avec un désir inexprimable dans l’anticipation de la venue du Sauveur. La naissance de Marie était la condition humaine nécessaire pour la naissance du Sauveur.
Le grand théologien médiéval, St. Anselme, célébra le rôle dynamique de Marie dans l’histoire du salut avec une éloquence étonnante :
‘Dieu alors est le Père du monde crée et Marie la mère du monde recrée. Dieu est le Père à travers duquel toutes choses reçurent la vie, et Marie la mère à travers toutes choses reçurent une vie nouvelle. Car Dieu conçut son Fils à travers duquel toutes choses furent créées et Marie donna naissance à Lui comme Sauveur du monde. Sans le Fils de Dieu, rien ne pouvait exister ; sans le Fils de Marie, rien ne pouvait être racheté.’ (Oration 52 ; PL 956)
Comme Notre Dame le prédit elle-même, « tous les âges » des rachetés l’appelleront bienheureuse.

La Mère de l’espoir continu
Dans un sens très littéral, avec la naissance de Marie, Dieu commença à réaliser ses promesses à la race humaine d’une victoire complète sur le pouvoir du mal dans le monde. C’est pour cela que Marie nous est si chère. Elle est au centre de la victoire de la vie sur la mort.
Quand nous l’invoquons par son titre de Marie qui défait les nœuds, nous reconnaissons qu’elle nous a donné une grâce particulière pour la sanctification de la race humaine. La chair nous tire vers le bas, mais Marie nous élève. Le monde nous corrompt, mais Marie nous rajeunit. Satan nous lie, pendant que Marie nous libère.
C’est parce qu’elle est l’espérance de notre espoir. « Quand nous disons Marie », écrit St. Louis Marie de Montfort, « Marie dit Jésus ». Voilà son rôle. Elle nous dirige toujours vers Jésus et nous procure des grâces que Jésus gagna à travers sa mort et sa résurrection.
Aucune autre femme dans toute l’histoire n’a eu un tel accès aux trésors du Ciel. Elle ouvre grand les portes du ciel pour tous ses enfants quand nous courrons vers elle.

Sainte Marie, qui défaites les nœuds , en ce jour de votre anniversaire, veuillez-nous envoyer les grâces dont nous avons besoin pour adorer Dieu dans sa sainteté et pour surmonter le pouvoir du monde, de la chair et du diable. Priez pour nous qui avons recours à vous.

Peter Darcy

Images: source iconographique: https://en.wikipedia.org/wiki/Nativity_of_Mary#/media/File:GrandMarianExhibitjf9962_10.JPG

voir aussi, sur notre blog:

La fête de la Nativité de la Vierge Marie, ou la joie de la « seconde création ».

Hymne à la Nativité de Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *