Nous publions ici l’interview que Joseph Baek-Man Lee, récemment nommé ambassadeur près le Saint Siège, a donné à Ian Bentz, dans sa résidence à Rome, au sujet de la foi et de la dévotion mariale dans son pays. pour notre blog « Cheminons avec Marie qui défait les nœuds »

L’histoire du catholicisme en Corée
Le catholicisme en Corée du Sud a une histoire très particulière : fondé par des missionnaires laïques, il a bravé une persécution féroce et peut se vanter de compter environ 100 saints canonisés. Avec ses six millions de catholiques, on peut dire qu’il est un l’un des pays du monde où le catholicisme se propage le plus vite.

Envoyés par les Jésuites espagnols, les premiers missionnaires arrivèrent à Busan en Corée le 27 décembre 1593. Le christianisme ne put pourtant – surtout sous l’occupation japonaise – que se répandre de manière limitée ; ainsi on ne parle d’une propagation de la foi que dès 1784, quand Yi Seung-hun fut baptisé en Chine et prit le nom de Pierre. Il apporta des livres religieux en Corée, donna des sermons et baptisa beaucoup de ses compatriotes. Ainsi l’Église se propagea en Corée sans l’aide d’aucun prêtre jusqu’en 1836, quand les missionnaires et le clergé de France commencèrent leur mission là-bas.

L’église souffrit jusqu’au 19ème siècle des graves persécutions pendant la dynastie Joseon : en effet, les Catholiques refusaient de suivre la coutume de l’adoration des ancêtres. Des milliers de personnes furent martyrisés, dont 103 furent canonisés en 1984 par le pape Jean Paul II. 
L’église Catholique a maintenu une position forte dans le domaine public. « Dans le passé sous le gouvernement militaire, des responsables catholiques ont joué un rôle éminent en Corée. On peut citer par exemple le cardinal Stephanus Kim Sou-hwan », explique l’ambassadeur.

Le cardinal Stephanus Kim Sou-hwan et le pape François
Cardinal Kim était l’archevêque de Seoul et devint dans les années 70 et 80 la figure de proue du mouvement démocratique sous la dictature militaire. Kim n’est pas seulement le plus jeune cardinal qui fut jamais créé, mais aussi le premier cardinal coréen. Il est aujourd’hui le membre le plus âgé du collège des cardinaux.
Pendant ces temps troublés, Kim s’engagea pour la protection des étudiants et d’autres dissidents du régime. Dans ses sermons, il critiqua les ministres du gouvernement et dit au dictateur dans une rencontre personnelle : « Je me sens comme dans un film de cowboys. Le premier qui tire son pistolet est celui qui semble gagner. »
Ainsi le Catholicisme est perçu comme une religion qui apporte la paix. « L’Église catholique est sentie comme une force en faveur de la paix… Une étude Gallup a démontré que 76% des Catholiques coréens ont une image positive du Pape François », en ce qui concerne la promotion de la paix entre la Corée du Nord et du Sud, expliqua l’ambassadeur Lee.
Mais la dévotion mariale est aussi très propagée. « Oui, les Catholiques coréens voient en Marie une figure centrale de leur foi ; ils aiment la vénérer. Comme dans chaque pays, le père a le rôle du strict chef de famille. Il représente la nature. Le rôle de la mère par contre est celle du pardon, de la douce affection maternelle. Pour les Coréens la vierge Marie représente l’amour absolu d’une mère pour ses enfants », dit Lee.

La dévotion envers la Vierge Marie
L’amour maternel équivaut l’amour marial dans ce pays. La conférence épiscopale a d’ailleurs choisi le mois de mai comme mois particulièrement dédié à Marie ; puisque les plus belles fleurs fleurissent en mai, la Vierge, elle-même la plus belle fleur dans le jardin du Seigneur, y est vénérée.
Beaucoup de paroisses organisent des pèlerinages à des sanctuaires marials et à des grottes dédiées à Marie. Les statues de la Vierge sont ornées de fleurs, les paroisses et la Légion de Marie organisent des vigiles de prières et des chapelets éclairés par des bougies. De cette manière, la relation des catholiques envers leur mère céleste est affermie.

L’unité des Chrétiens
Ce n’est pas seulement le catholicisme qui se propage à une vitesse rapide, mais aussi les divers groupes protestants, qui comptent beaucoup de membres. 11 % des chrétiens sont catholiques, 18 % sont protestants. Les deux forment ensemble la majorité religieuse du pays.
Joseph Lee explique : « Il s’agit d’un thème très sensible en Corée du Sud. Parmi les Protestants il y a une très grande diversité d’opinions quand il s’agit de thèmes politiques et sociaux. Dans le mouvement en vue de l’unité, on tente de promouvoir un dialogue entre les Catholiques et les Protestants. Dans ce mouvement les Catholiques essayent de travailler avec les Protestants. Le plus grand obstacle sont les attitudes progressistes des Protestants qui ne sont pas compatibles avec les opinions de catholiques fidèles. »
Dans les années 60 et 70, le taux de la population commença à baisser à cause de l’avortement. Surtout dans les années 80 beaucoup d’avortements de filles eurent lieu, puisque la progéniture masculine apporte plus de prestige. En 2017 le gouvernement déclara qu’il alla faire un nouveau règlement au sujet de l’avortement, mais qu’il attendait que les places vacantes de la cour suprême soient occupées. Le président actuel de la Corée du Sud, Moon Jae-in, est Catholique.
Le pape François laissa une profonde marque pendant son voyage : « En 2014 le Pape François consola la population de la Corée du Sud et de ses familles qui avaient perdu des membres de leur familles pendant les naufrages. En octobre dernier, le président Moon Jae-in était invité au Vatican et le Pape lui a confirmé qu’il visiterait la Corée du Nord lorsqu’il recevrait une invitation de celle-ci. Dans ce sens les Coréens du Sud sont très reconnaissants au pape pour ses gestes et sa forte volonté de promouvoir la paix. »

Que Marie qui défait les nœuds  intercède pour les croyants de la Corée du Sud, qu’elle leur donne la vaillance et le courage civil pour s’exprimer en faveur de la vie et de la vérité et défaire les nœuds des injustices sociales.

Jan Bentz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *