Les gens se demandent souvent ce qu’ils peuvent faire pour contrer les effets négatifs d’une société post-chrétienne en déclin, une société de plus en plus en guerre contre les valeurs et les institutions chrétiennes. Pour moi, la réponse se résume toujours à deux choses: être vraiment catholique et totalement marial. C’est la formule pour transformer notre monde. Notre consécration mariale annule l’immense pouvoir du mal qui nous entoure.

Dans l’après-midi du 13 mai 1981, le monde entier attendait avec impatience de savoir si le pape Jean-Paul II survivrait à la tentative d’assassinat sur la place Saint-Pierre perpétrée par un homme armé turc. C’était la fête de Notre-Dame de Fatima. Bien sûr, nous savons tous que le Saint-Père y a survécu. Cependant, l’interprétation qu’il en a donnée a été très importante. Il a déclaré que bien que «l’homme armé ait tiré le coup de feu… la Vierge Marie a guidé la balle». La balle avait en effet traversé son abdomen et manqué de peu son cœur. Le cœur du pape était entre les mains de Marie! L’année suivante, le pape Jean-Paul II se rendit en pèlerinage au sanctuaire marial de Fatima, au Portugal, pour se consacrer de nouveau ainsi que la papauté au Cœur immaculé de Notre-Dame.

Quelque chose dans cet événement dramatique symbolise le triomphe du Cœur Immaculé de Marie sur ce que le pape a lui-même appelé «la culture de la mort». En définitive, le pape Jean-Paul II nous a montré que consécration à Marie et protection de la vie sont synonymes.

Une coïncidence miraculeuse
C’est un fait peu connu que quelques heures seulement avant la tentative d’assassinat d’Ali Agca, le pape Jean-Paul II avait signé un document formalisant la contre-attaque de la Vierge Marie à la culture de la mort. Ce matin-là, il publia un motu proprio instituant à la fois le Conseil pontifical pour la famille et les Instituts Jean-Paul II pour le mariage et la famille dans le monde entier.
Il est difficile d’imaginer deux œuvres de l’Église qui ont fait plus que celles-ci pour renforcer les institutions divines du mariage et de la famille. Le Conseil de la famille est un bastion de la défense de la famille depuis plus de vingt-cinq ans et continue de servir de dicastère pour les laïcs, la famille et la vie. De nombreux instituts pour le mariage et la famille sont en plein essor à Washington DC, en Australie, au Nigeria, en Espagne, au Brésil, au Mexique, en Inde et en Corée du Sud! Des milliers d’étudiants de ces instituts apprennent à propager les enseignements de l’Église sur le mariage et la sexualité humaine au profit de toutes les sociétés et de toutes les confessions, et pas seulement des catholiques.
Voici la conclusion étonnante: alors que la mort le poursuivait le jour de l’attentat, le pape Jean-Paul II a déclenché une force de vie pour l’Église et le monde qui n’a pas son égal. Cette même dynamique s’observe dans la vie de tous ceux qui se consacrent au Cœur Immaculé de Marie: elle défait le nœud de la mort et ouvre ainsi la promesse de la victoire ultime de la vie.


La mère de la vie nous rencontre dans notre culture

Dans ce mois consacré à Notre-Dame, nous revenons à la question initiale: Comment pouvons-nous contrer les effets négatifs d’une culture de la mort?
Dans son sens le plus fondamental, les amoureux de la vie sont ceux qui témoignent avec joie des vérités sur la vie, le mariage et la famille. Avant tout, notre église rejette, entre autres préoccupations, les poisons culturels de la contraception, de l’avortement, de l’éducation sexuelle hédoniste et de l’euthanasie. Notre position de principe sur ces questions crée une sphère de sécurité pour l’affirmation de la vie dans nos familles et notre société.

Ensuite, nous enseignons. Ne pouvons-nous pas imaginer que Notre-Dame transmette aux disciples du Cénacle les vérités profondes de la foi chrétienne dans l’attente de la Pentecôte? Elle leur a donné la sagesse qu’elle avait recueillie pendant trente années en compagnie du Christ. Elle avait bu à la source du salut et sa mission après la Résurrection était de partager ces vérités avec le monde.

Nous sommes les héritiers de ces mêmes vérités et avons la même mission que Notre-Dame: transmettre ces enseignements aux autres, en particulier aux jeunes. Enseigner la vérité est une tâche spécifiquement mariale : elle annule les puissantes déceptions de la culture de la mort qui sont souvent profondément enracinées dans le cœur et l’esprit.

Transformer notre culture actuelle de la mort en une culture de la vie est une tâche de longue haleine et présente de nombreux défis, mais la meilleure façon de le faire est d’être un fidèle catholique marial. La culture de la mort sera éventuellement détruite par Notre-Dame – libérant cœur après cœur.
Peter Darcy

Key words: marriage, family, culture of death, culture of life, Immaculate Heart of Mary, John Paul II, Fatima, Pontifical Council for the Family, John Paul II Institutes for Marriage and Family Life.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *