Si le rôle de la Bienheureuse Vierge Marie est très manifeste pour nous accompagner durant le temps de l’Avent, il semble moins important pendant le Carême. La Vierge Marie agit pour ainsi dire « en coulisse », nous accompagnant dans notre voyage pénitentiel, nous conduisant au sommet de la saison, à la colline du calvaire, où elle intercède pour nous auprès de son divin Fils. Pendant le Carême, Marie peut nous aider à défaire les nœuds et les obstacles à la grâce dans nos propres vies afin que nous puissions la soutenir au Calvaire et participer à la rédemption du monde par Christ.

La personne de Notre-Dame est unique dans l’histoire de la race humaine. En effet, sans bénéficier d’une nature divine comme son Fils, elle est le seul être humain à n’avoir jamais péché. C’est une réalité étonnante si nous prenons le temps de réfléchir à sa signification. Pourtant, Marie a appelé Dieu son Sauveur (v. 47); elle savait qu’ être préservée du péché, c’était équivalent à être rachetée du péché. Elle s’est ainsi identifiée au reste de l’humanité pécheresse. Sa coopération totale avec la grâce de Dieu dans sa vie lui confère une capacité unique à réparer les ravages du péché dans la vie de pécheurs tels que nous le sommes.

Les distorsions du péché
Si nous portons le triste héritage d’Adam et Ève, nous avons également une expérience propre du péché, qui doit être effacée, rachetée, rachetée. Dans le sens le plus fondamental, le péché déforme nos âmes. Le péché est «contraire à la raison» et «réside dans le cœur de l’homme», dit notre Catéchisme (1872-73). Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous reconnaîtrons que chacun de nous a son propre héritage personnel de péchés, une histoire de comportements et d’attitudes pécheurs, qui affectent nos relations avec Dieu comme avec le prochain.
Le Carême nous offre l’occasion d’examiner notre âme en profondeur et de confronter cet héritage personnel du péché. Pour ce faire, nous nous tournons vers Notre-Dame, celle qui défait les nœuds  , celle qui n’a aucune histoire personnelle de péché. Elle nous aidera à faire cet examen approfondi afin d’ouvrir une voie plus large à la grâce du Christ dans nos âmes.

Un programme de lumière

Pendant le Carême, présentons honnêtement à Notre-Dame toute notre histoire personnelle et demandons-lui de réparer le péché dans les trois modalités d’être de notre âme: esprit, émotions, volonté. Nous n’avons jamais besoin d’avoir peur du programme de lumière de Marie, qui reflète simplement la lumière du Christ pour nous.

Péchés de l’esprit:
L’obscurcissement de l’intellect par le péché nous rend plus vulnérables aux mensonges et aux distorsions de la culture laïque. Nous devons examiner notre passé et identifier la manière dont nous nous sommes «entraînés» dans la pensée du monde et les vaines idéologies de notre société sans jamais nous demander si ces choses sont en accord avec la Volonté de Dieu. Marie éclairera notre esprit sur toutes les passions et sur les péchés de notre passé et nous conduira à embrasser la vérité de Christ à un niveau beaucoup plus profond.

Péchés des émotions:
La porte de la plupart des péchés est la plaie ouverte de nos émotions. Le diable se sert souvent de notre vulnérabilité pour susciter des images et des illusions alléchantes,telles que l’offrande de «fruits» qu’Eve a pris de l’arbre dans le jardin d’Éden. Le Carême est un bon moment pour rapporter notre histoire de désirs pécheurs à Notre-Dame et lui demander d’éclairer nos êtres les plus profonds, de purifier nos passions et de renforcer nos émotions pour nous conformer davantage aux desseins de Dieu. Son âme parfaitement ordonnée lui a permis de se réjouir en Dieu son sauveur (Luc 1: 46-55).

Les péchés de la volonté:

Le centre de tous les péchés est une volonté déformée qui cherche à affirmer son indépendance face à la souveraineté de Dieu. Le péché est, en fin de compte, une décision de volonté, une affirmation de soi face à la volonté de Dieu. La Sainte Vierge ne s’est jamais rebellée contre le plan du salut et est donc la personne idéale pour nous aider à réparer cette faiblesse de la volonté, qui nous conduit au péché toute notre vie. Ouvrez-lui l’ histoire de votre volonté et demandez-lui de défaire la rébellion du cœur pendant le Carême. Elle va vous montrer le chemin.

Le péché est annulé au Calvaire
Alors que nous commençons le Carême avec des cendres sur notre front, nous reconnaissons que «nous sommes poussière et que nous retournerons dans la poussière». Mais gardons à l’esprit que le Carême est un voyage d’espérance, qui mène de la Croix à la Résurrection. Tandis que Marie nous accompagne dans ce voyage, elle nous donne le plus grand espoir que le péché, avec toutes ses distorsions et ses ravages, n’a jamais le dernier mot.

Peter Darcy

Source iconographique:https://commons.wikimedia.org/w/index.php?title=Special:Search&limit=50&offset=150&profile=default&search=Virgin+Mary+Calvary&advancedSearch-current=%7B%22namespaces%22%3A%5B6%2C12%2C14%2C100%2C106%2C0%5D%7D#/media/File:Dijon_-_Chartreuse_de_Champmol,_crucifixion.jpg

Pour en savoir plus:
sur la pénitence dans le Catéchisme de l’Église catholique:
http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P45.HTM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *