La fête des mères, que nous fêtons aujourd’hui, nous offre l’occasion de réfléchir sur la double dimension de la maternité, de comprendre la façon dont la Vierge Marie la réalise pleinement et de comprendre comment réaliser à notre tour, quelle que soit notre histoire personnelle, cette ‘maternité spirituelle’ à laquelle les femmes sont appelées.

Maternité charnelle et maternité spirituelle
Toute femme qui a porté un enfant connaît la grâce et les joies-mais aussi parfois les peines- de cette inoubliable aventure de la maternité. Il est donc très important de célébrer cette fête des mères, de consacrer une journée à exalter la beauté de ce lien qui ne peut être rompu, quoiqu’il advienne, et qui marque l’histoire personnelle de chaque personne. De même qu’une femme ne peut oublier l’aventure de sa grossesse, inscrite dans la mémoire de son corps, de même personne ne peut oublier les mois passés in utero, même si nous n’en avons pas pleine conscience. La psychologie ne cesse de découvrir l’importance de ces liens tissés dès le sein maternel, et comment ils conditionnent –que nous en prenions conscience ou non- notre vie d’adulte.
Mais la maternité ne se limite pas à ce lien charnel, si profond. Il existe en effet une autre dimension de la maternité, que l’on peut appeler ‘maternité spirituelle’. Nous ne sommes pas uniquement des êtres de chair. Nos sens portent la possibilité de s’ouvrir au contact de la grâce, par la foi, de découvrir, grâce à cette expérience d’intériorité, l’autre dimension à laquelle chacune de nous est appelée. Il est alors donné de développer cette sensibilité spirituelle, qui rétablit le lien entre les réalités naturelles et surnaturelles, entre les sensations telles que nous les vivons habituellement et ce que Paul Claudel appelait la ‘sensation du divin’. L’Ecriture et la Tradition font mention de cette ‘saveur spirituelle’ (le mot sagesse et le mot saveur ont même étymologie) : le psaume 33 nous dit : ‘Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur’. Paul Claudel développera l’idée d’une nouvelle physiologie, une synesthésie de la sensation du divin : l’un de ses ouvrages s’intitule en effet « L’œil écoute ». De même que les sens peuvent être ouverts par la grâce de la foi à cette dimension spirituelle, et établir des correspondances entre eux, de même toute maternité peut s’ouvrir à cette dimension spirituelle.

La Vierge Marie, modèle de mère charnelle et spirituelle
Pour nous, qui sommes soumis à la loi du péché originel, cette expérience de sensibilité spirituelle n’est pas innée : il s’agit bel et bien d’une restauration. Pour la Vierge Marie, exempte du péché originel, il n’en est pas de même : elle accomplit en sa personne ces deux dimensions de la maternité. Elle est la Mère du Christ et Mère de Dieu, et notre Mère.
Ste Thérèse de Lisieux écrit en octobre 1892 à sa sœur Céline cette petite confidence (Lettre 137):

A propos de la Ste Vierge il faut que je te confie l’une de mes simplicités avec elle, parfois je me surprends à lui dire « Mais ma bonne Ste Vierge je trouve que je suis plus heureuse que vous, car je vous ai pour Mère, et vous vous n’avez pas de Ste Vierge à aimer…
Il est vrai que vous êtes la Mère de Jésus mais ce Jésus vous nous l’avez donné tout entier…. et Lui sur la croix il vous a donnée à nous pour Mère. Ainsi nous sommes plus riches que vous puisque nous possédons Jésus et que vous êtes à nous aussi.
»

La Vierge Marie est donc bien ‘notre Mère’. La maternité de Marie se déploie dans toutes ses dimensions : elle est à la fois Theotokos (mère de Dieu), et nous la fêtons sous ce vocable le 1er janvier. Elle est aussi Mère de l’Eglise (Marie est fêtée comme Mère de l’Eglise le lendemain du dimanche de la Pentecôte), et nous pouvons de notre plein gré la fêter comme ‘Notre Mère’ le jour de la fête des Mères…

La Vierge Marie, notre mère

Concrètement, comment s’exerce pour nous la maternité de Marie ? La Vierge Marie a bel et bien le pouvoir de nous ré enfanter dans la grâce. St Irénée l’écrit dans son traité Contre les hérésies :

« Comment l’homme sera –t-il délivré de la génération de mort, s’il ne passe pas à une nouvelle génération, donnée par Dieu de façon merveilleuse et surprenante en signe de salut, à une régénération par la Foi, qui procède d’une Vierge? ».

Le but de ce ré enfantement spirituel est de nous mener à Son divin Fils, le Sauveur du monde, qu’elle connaît mieux que quiconque, puisqu’elle l’a porté en son sein.
L’exercice de cette ‘maternité spirituelle’ ne peut cependant se faire sans notre consentement : s’impose alors la nécessité de nous consacrer à son Cœur Immaculé, pour pouvoir bénéficier de cette immense grâce. C’est pourquoi la Vierge Marie demande cette consécration. Elle demande également, lors de son apparition à Fatima, en 1917, toute une démarche de réparation de notre part en réparation des péchés commis dans le monde contre Elle, notamment contre Sa maternité divine et spirituelle (dévotion réparatrice des 5 premiers samedis du mois).

Vivre en Marie cette maternité spirituelle
Par l’imitation de ce modèle marial, nous pouvons nous aussi exercer cette maternité spirituelle à l’égard de nos propres enfants, mais également de personnes avec lesquelles s’instaure, dans l’ordre de la grâce, un lien de filiation spirituelle. Ayant reçu la grâce de ce ré enfantement spirituel, il nous est alors possible d’exercer à notre tour une sorte de maternité spirituelle. Il nous est également possible à tout âge de vivre cette filiation spirituelle.

Confions à Marie qui défait les nœuds toutes celles dont la maternité est blessée, dont le lien maternel ou filial a été abîmé, de quelque façon que ce soit. Prions Marie qui défait les nœuds de dénouer tous les nœuds liés à cette filiation maternelle. Demandons également à la Vierge Marie de protéger les femmes, qui font l’objet de nombreuses attaques, quelquefois par certaines femmes elles-mêmes, qui refusent cette dimension proprement féminine de la maternité, qui refusent leur féminité. Demandons-Lui de prier pour que soit restaurée en chaque femme cette dimension maternelle et filiale, afin que les femmes puissent retrouver leur vocation profonde et y répondre. Et demandons pardon pour tous ceux qui insultent la Vierge Marie dans sa maternité divine et spirituelle.

Bonne fête à toutes les Mamans !

Isabelle Rolland

Sur la maternité spirituelle de Marie
Sur la dévotion réparatrice mariale des cinq premiers samedis du mois
Sur la prière des mères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *