Un mythe, une légende, un récit qui peut paraître irréel : avec des Mages, des Rois et une Étoile. Tout pour une merveilleuse histoire, une histoire vraie. Dieu dans sa bonté nous a donné là un exemple à la hauteur de l’humanité qu’Il sauve. Un exemple de foi, d’abandon, de don total.Un exemple d’hommes suivant un guide, pour des hommes à qui Il a donné comme guide sa Mère : notre Étoile. En ce temps de l’Épiphanie où Dieu s’est révélé à tous les hommes, Marie qui défait les nœuds  est plus proche de nous que jamais.

Les Mages
Les Mages étaient des hommes en recherche de Dieu, aidés dans leur quête par  la connaissance des Écritures, des sciences qu’ils ont développée, mais surtout par un signe attendu, promis par Dieu : l’Étoile.
Un guide puissant, brillant de mille feux, visible pour ces trois hommes malgré leur éloignement géographique et parlant à chacun un langage que seul leur savoir pouvait leur faire comprendre que le temps était venu.
Ils suivirent cette Étoile avec une foi profonde puisée dans l’attente d’une promesse. Ils se préparèrent donc à ce voyage, à ce cheminement aussi bien spirituel que physique vers l’Enfant Dieu. Ils abandonnèrent toutes leurs occupations, leurs charges, leurs affaires, leurs maisons, leurs contrées. Ils s’en remirent à Dieu avec une incommensurable confiance un total abandon. Ils vainquirent le doute lorsque Dieu les mit à l’épreuve en faisant disparaître l’Étoile un moment. Dieu les conforta en les faisant se rencontrer, leur permettant ainsi de partager sur les Écritures et de pouvoir se confronter aux prêtres d’Hérode.

Comment aujourd’hui ne pas trouver certaines similitudes et voir en ces mages des exemples de chaque instant ? Nous avons eu la révélation, nous avons aussi les Écritures et les Évangiles. Nous sommes également en recherche constante de Dieu.

Marie notre Étoile
Le Christ nous a donné la Vierge Marie comme guide, son nom signifie « Étoile de la mer » ( leçon des matines du 12 septembre fête du Saint Nom de Marie). Saint Augustin nous en dira un peu plus, lors d’un sermon en la fête de l’Épiphanie, sur le fait que Marie est bien une Étoile qui nous est révélée et donnée:

« cette étoile virginale se trouvait enfermée dans les étroites limites d’une étable, avec le Soleil de justice qu’elle avait mis au monde; aussi, et afin de la faire connaître, un astre d’un éclat nouveau apparaît-il en Orient; par l’éclat inouï de sa lumière, il prévient les Gentils de l’apparition de l’étoile sortie de Jacob, et, marchant en avant des Mages pour leur indiquer leur chemin, il les amène jusqu’à Bethléem. C’est ainsi que le ciel fait connaître le ciel, qu’une étoile indique une étoile, que la lumière rend témoignage de la lumière, qu’un astre découvre un astre. »

Une expression chérie et reprise par l’Église pour louer et glorifier Marie dans sa liturgie. Vers le XXème siècle une prière reprise du VIème siècle sera écrite sous la forme d’une hymne magnifique: l’ « Ave Maris Stella ».

Saint Louis-Marie Grignon de Montfort dira d’ailleurs que « pour aller à Jésus allons par Marie ». Elle est bien notre étoile.

En chemin vers Dieu comme les Mages avec Marie
Prenons donc notre bâton de pèlerin afin d’imiter au mieux ces Mages. Allons à la recherche de Dieu.Le chemin est long, la foi, la confiance et l’abandon total en Dieu est difficile et plus particulièrement dans la société actuelle. Regardons, prions Marie, tout au long de ce chemin elle est notre étoile, celle qui défait les nœuds, même les plus durs. Étoile, douce lumière qui nous vient de la profondeur des cieux, elle guide notre marche vers Dieu. Nous traversons une époque agitée, où la mer semble déchaînée. Notre confiance et notre foi risque de vaciller et de faire chavirer la barque de notre âme.

Mais elle est là, Marie, notre Étoile, le phare dans la nuit de nos vies. Pas seulement la mère, qui protège, qui évite tous les périls et dispense de l’effort ceux qui la prient. C’est une mère qui précède ses enfants et les encourage par l’exemple de ses vertus, foi, humilité, charité pour ne parler que des vertus théologales si bien mises en pratique par les Mages. Elle est avec nous dans cette montée qui paraît bien souvent ardue et constitue notre vie chrétienne.
Les rois ont su attendre,renoncer,s’abandonner, partir. Avertis comme nous, ils ont cheminé. Ils ont mis de côté leurs vies sociales et ont privilégié leurs âmes et leur sanctification, peut-être même sans le savoir. Du jour au lendemain ils ont vu le signe que Dieu leur a envoyé.

Saurons nous entendre à notre tour l’appel de Dieu, le besoin de notre âme à le retrouver en nous, saisir la grâce qui nous est donnée?

Marie elle même par sa beauté rayonnante brillera à chacune de ses apparitions. Elle emploiera souvent sa lumière pour être trouvée et reconnue. Elle ira jusqu’à faire tomber une étoile pour marquer un lieu où elle souhaitait être priée, comme à Montebourg où elle est invoquée sous le vocable de Notre Dame de l’Étoile et deviendra la vierge des Frères des Écoles Chrétienne. A la rue du Bac la Vierge Marie dira qu’elle est triste que certains des rayons qu’elle nous envoie ne soient pas lumineux (ceux-ci représentant les grâces que nous ne pensons pas à lui demander).
Elle est celle qui illumine ,notre vie d’espérance, elle est notre étoile vers Dieu et chemin vers notre éternité bienheureuse.
Saint Jean-Baptiste de la Salle constatera : « Il ne suffit pas de naviguer sûrement, il faut arriver au port. Cette Étoile de la mer, la Très Sainte Vierge, vous y conduira sans difficulté parce qu’elle le connaît très bien »

Demandons donc à Marie qui défait les nœuds  de nous inonder de ses rayons de vertus et d’éclairer nos nuits pour notre cheminement vers Dieu et le ciel, chemin des saints.

L. du Jonchay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *